1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. La justice ne veut plus voir les tags antisémites sur la sculpture d'Anish Kapoor
1 min de lecture

La justice ne veut plus voir les tags antisémites sur la sculpture d'Anish Kapoor

Le juge des référés a estimé que les inscriptions antisémites taguées sur le "Dirty Corner" exposé dans les jardins du Château de Versailles portaient atteinte à l'ordre public.

Le "Dirty Corner", ou "Vagin de la Reine", d'Anish Kapoor exposé dans les jardins du Château de Versailles a été vandalisé à trois reprises depuis son installation en juin.
Le "Dirty Corner", ou "Vagin de la Reine", d'Anish Kapoor exposé dans les jardins du Château de Versailles a été vandalisé à trois reprises depuis son installation en juin.
Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Très controversé, le "Dirty Corner", ou encore "Vagin de la reine", d'Anish Kapoor a été vandalisé pas moins de trois fois depuis son exposition dans les jardins du Château de Versailles en juin dernier. Ce qui n'a pas le moins du monde découragé l'artiste britannique, qui souhaitait même conserver les tags antisémites sur sa sculpture, avant de changer d'avis et de choisir de "les masquer".

Un choix qui concorde avec celui de la justice qui a ordonné ce samedi 19 septembre de faire cesser "sans délai" l'exposition au public des tags antisémites inscrits. Le juge des référés, saisi vendredi par l'association Avocats sans frontières et un conseiller municipal (DVD) de Versailles, Fabien Bouglé, a estimé que les inscriptions portaient atteinte à l'ordre public et "en particulier à la dignité de la personne humaine". 

Les tags effacés dès lundi

Le juge "a enjoint à la présidente du Château de Versailles de prendre immédiatement toutes mesures propres à faire cesser l'exposition au public" de ces tags. Vendredi, le Château avait annoncé que ces inscriptions seraient finalement "masquées" sous le contrôle de l'artiste. L'opération devrait commencer lundi et durer environ une semaine, a précisé un responsable du Château lors de l'audience.

Dans sa décision, le juge des référés a précisé que les mesures prises pour que les tags antisémites ne soient plus visibles "devront être maintenues jusqu'à l'achèvement de l'intervention prévue le lundi 21 septembre en vue de leur occultation définitive".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/