3 min de lecture Faits divers

Jonathann Daval a livré 3 versions différentes sur la mort d'Alexia

ÉCLAIRAGE - Son épouse, Alexia Daval, a été retrouvée morte le 27 octobre 2017 en Haute-Saône. Jonathann Daval a d'abord évoqué une disparition, puis avoué le meurtre, pour enfin revenir sur ses aveux. Il dénonce désormais un "pacte familial".

Jonathann Daval en conférence de presse en novembre 2017
Jonathann Daval en conférence de presse en novembre 2017 Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

La vérité éclatera-t-elle un jour ? Le flou plane toujours au-dessus de la mort d'Alexia Daval, à cause de son mari qui change de version régulièrement. Le corps de son épouse a été retrouvé inerte, en partie brûlé et enroulé dans une couverture provenant du domicile du couple, le 30 octobre dernier, trois jours après sa mort, dans un bois près de Gray, en Haute-Saône. 

Lui a été mis en examen en janvier dernier pour meurtre sur conjoint après avoir avoué. Mais cinq mois plus tard, Jonathann Daval revient sur ses aveux, accusant désormais toute la famille qui serait, selon lui, à l'origine d'un complot pour masquer la véritable cause de la mort de la jeune femme de 29 ans. 

Il avait déjà changé de version plusieurs fois depuis le tout début de l'affaire, à savoir le signalement de sa disparition fin octobre.

La première version de la joggeuse disparue

Jonathann Daval est d'abord celui qui appelle les autorités pour signaler la disparition de sa femme vers midi. Selon lui, elle était partie faire un jogging samedi matin vers 9 heures et ne serait jamais revenue au domicile. 

À lire aussi
L'entrée de la société, à Saint-Jean-de-Thurigneux cambriolages
Ain : vol de 200 kilos d'explosifs sur un site classé Seveso

Lundi 30 octobre, le procureur de la République Éric Dupin annonce l'ouverture d'une enquête pour enlèvement et séquestration après deux jours de recherche et de battues citoyennes, auxquelles a participé Jonathann Daval. Ce même jour, un corps est retrouvé. Il sera identifié plus tard comme celui d'Alexia Daval. Le 4 novembre, on apprend les causes de sa mort : elle a été étranglée

Des courses solidaires sont organisées dans toute la France pour lui rendre hommage. Jonathann Daval y a participé, affichant un visage de profond désespoir. 

Jonathann Daval, le mari d'Alexia Daval.
Jonathann Daval, le mari d'Alexia Daval. Crédit : Dimitri Rahmelow

Les aveux après la garde à vue

Le 29 janvier, Jonathann Daval est placé en garde à vue. Il nie d'abord toute implication dans la mort de son épouse, puis, il craque. Le lendemain, il avoue l'avoir "tuée par accident". Pourtant, à ce moment, les résultats de l'enquête "avaient abouti à des éléments suffisants pour imaginer que la mort a été donnée volontairement et non pas accidentellement", selon la procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot.

"Ils avaient une relation de couple avec de très fortes tensions. Alexia avait une personnalité écrasante, il se sentait rabaissé, écrasé. À un moment, il y a eu des mots de trop, une crise de trop, qu'il n'a pas su gérer", justifie alors son avocat, maître Randall Schwerdorffer. 

Avec ses aveux, Jonathann Daval continue en revanche de nier avoir brûlé le corps. À la suite de ses déclarations, il est mis en examen pour meurtre sur conjoint, et la famille d'Alexia Daval est sous le choc.

Le beau-frère, le nouveau coupable

Puis, le 27 juin, Jonathann Daval est réentendu, à sa demande. Revirement total. Sa version des faits change totalement. Selon lui, il s'agit désormais d'un complot familial pour couvrir le véritable coupable : Grégory Gay, le beau-frère d'Alexia, qui l'aurait étranglée lors d'un repas de famille le vendredi 27 octobre lors d'une soirée raclette. 

Le veuf raconte qu'elle aurait "piqué une crise hystérique". L'ambiance se serait extrêmement tendue jusqu'au moment où le beau-frère l'étrangle à l'étage et redescend blême en disant : "Elle est morte. Je l'ai étranglée".

Des déclarations rejetées en bloc par la défense de la famille Daval.  "Je n'ai jamais exclu qu'il ait eu un complice, mais certainement pas dans la famille", a réagi Marc Florand jeudi 5 juillet sur RTL.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Haute-saône Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants