2 min de lecture Jérôme Kerviel

Jérôme Kerviel : sa folle première journée en "liberté"

REPORTAGE - L'ex-employé de la Société Générale a fait une sortie de prison très médiatisée et suivie par des journalistes de toute l'Europe.

Jérôme Kerviel lors de son arrestation, le 18 mai 2014 à Menton.
Jérôme Kerviel lors de son arrestation, le 18 mai 2014 à Menton. Crédit : AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT
Cindy Hubert Journaliste RTL

Jérôme Kerviel a obtenu l'aménagement de sa peine. Sorti ce lundi 8 septembre de la prison de Fleury-Mérogis, dans l'Essonne, l'ancien trader doit porter un bracelet électronique.

La rédaction vous recommande

L'ancien employé de la Société Générale a été condamné à trois ans de prison ferme pour avoir fait perdre presque 5 milliards d'euros à la banque. Il est resté sous les verrous près de cinq mois. Désormais, il peut sortir de chez lui entre 7h et 20h30 en semaine et quand il le souhaite le week-end. Il va travailler comme consultant dans une société informatique.

Jérôme Kerviel va conserver son bracelet électronique jusqu'en juin prochain.  

Une nouvelle vie

C'est, comme il l'appelle le premier jour de "sa nouvelle vie". Le ton est donné dès les premières minutes devant la prison. Il est un peu plus de 10h30 quand Jérôme Kerviel sort à pied aux côtés de son avocat. Un mur de journalistes l'attend, venus de plusieurs pays comme l'Allemagne ou l'Italie. Certains se sont perchés sur des escabeaux.

À lire aussi
Le siège de la Société Générale à La Défense (archives) justice
Affaire Kerviel : la cour d'appel donne raison à la Société générale

Quand son avocat commence à répondre aux questions, deux cameramen en sont venus aux mains, l'un avait gâché l'image de l'autre.

Cela donne le niveau de tension et la frénésie que peut susciter ce détenu pas comme les autres. À quelques mètres plus loin, les familles des détenus "ordinaires" attendent l'heure des parloirs. Une mère de famille crie à la "justice VIP". Une autre demande si c'est bien "celui qui a planqué les cinq milliards".

Le bracelet électronique caché sous son jean

Jérôme Kerviel part en voiture, poursuivi par une dizaine de motards jusque dans le 13e arrondissement de Paris. C'est l'heure de son rendez-vous au service pénitentiaire d'insertion et de probation, pour la pose du fameux bracelet.

Cette espèce de folie autour de l'ancien trader se poursuit. Il sort le bracelet électronique à la cheville, caché sous son jean. Il boitille encore gêné par l'appareil et refuse d'ailleurs de le montrer. Alors qu'une voisine du haut de sa fenêtre applaudit, Jérôme Kerviel tente de se frayer un chemin à travers les caméras. Il est arrêté par plusieurs passants qui veulent lui serrer la main. 

Un moment intime, sous les yeux des caméras

Son avocat nous répète que Jérôme Kerviel veut passer cette journée en toute intimité. Mais tous les deux font le choix de s'arrêter au bout de la rue dans un café. Petit déjeuner en terrasse avec des amis : toile de fond des duplex des journalistes.

Ce numéro un peu hypocrite continue ensuite au cabinet de l'avocat. Au premier étage, on ouvre le champagne, puis on en offre aux photographes présents en bas. Ce soir, Jérôme Kerviel doit être de retour chez lui à 20h30. Il aurait bien voulu aller voir sa mère, souffrante, en Bretagne, mais il devra effectivement pour cela, attendre le week-end, seul moment dans la semaine, où il n'a pas de contraintes horaires.

>
Jérôme Kerviel : sa folle première journée en "liberté" Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jérôme Kerviel Faits divers Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants