1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. INVITÉ RTL - Famille retrouvée morte à Carantec : "Il n'y a pas eu de plainte reçue", réagit le procureur de Brest
2 min de lecture

INVITÉ RTL - Famille retrouvée morte à Carantec : "Il n'y a pas eu de plainte reçue", réagit le procureur de Brest

"Elle n'a manifesté aucune inquiétude par rapport à cette relation", juge Camille Miansoni, procureur de Bretagne, sur le meurtre de Carantec.

Le village de Carantec, en Bretagne (illustration).
Le village de Carantec, en Bretagne (illustration).
Crédit : PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP/Nicolas Créach
Le journal RTL de 19h du 01 novembre 2022
00:13:35
- édité par Robinson Hollanders

Une maman de 38 ans et ses deux filles ont été retrouvées mortes dans les chambres de la maison familiale, à Carantec dans le Finistère. Le père a été retrouvé pendu au rez-de-chaussée. La maman s'était présentée à la gendarmerie environ une semaine avant le drame. Elle voulait signaler qu'elle allait quitter le domicile conjugal sur fond de tensions autour de cette séparation. Elle expliquait ne pas vouloir porter plainte, mais est tout de même auditionnée, comme la procédure l'exige.

"À la question qui lui est posée "Subissez-vous ? Avez-vous déjà subi des violences ?", elle répond très exactement : "Cela fait treize ans que nous vivons ensemble. Une seule fois, il a porté la main sur moi. C'était le 8 octobre dernier. Il m'a giflée", explique Camille Miansoni, procureur de Brest. 

"L'audition se poursuit. La gendarme revient sur les détails des circonstances de cette gifle. Et puis l'audition se termine. Elle rentre chez elle. À 18h, la gendarme reprend contact avec elle pour lui demander comment s'est passé le départ du domicile conjugal. Elle répond "Il a compris. Je suis partie. J'espère qu'on arrivera à trouver un accord amiable sur les enfants", détaille le procureur.

"Le mari devait être entendu ultérieurement"

"Ce qu'il se passe, c'est que cette mère de famille quitte le domicile conjugal. Elle se voit notifier les coordonnées de l'association "Émergence" qui accompagne les victimes de violences conjugales. La gendarme met en branle l'intervenante sociale qui accompagne également les victimes de violences conjugales", indique Camille Miansoni. 

À lire aussi

"Elle n'a manifesté aucune inquiétude par rapport à cette relation, si ce n'est la tension qui naissait dans le couple à l'occasion de cette séparation. Mais il fallait aussi entendre le message de cette maman qui cherchait à gérer notamment la relation avec son mari sur la question des enfants et donc ce message avait été entendu. Le mari devait être entendu ultérieurement. Il ne s'agit pas d'une question de priorité", poursuit-il. Reste à savoir pourquoi la victime est retournée dans son ancien domicile : "C'est l'enquête qui va nous le dire."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.