1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Accusations contre Hulot : "Je ne dis pas qu'elles mentent, mais la mémoire s'érode", dit son avocat sur RTL
1 min de lecture

Accusations contre Hulot : "Je ne dis pas qu'elles mentent, mais la mémoire s'érode", dit son avocat sur RTL

L'avocat de Nicolas Hulot reproché à l'émission "Envoyé Spécial" et son animatrice Elise Lucet la "mise en scène" des témoignages livrés. Il estime que le contradictoire n'a pas été respecté, bien que les journalistes aient proposé à l'ancien ministre de participer au programme.

Alain Jakubowicz en 2015
Alain Jakubowicz en 2015
Crédit : ROMAIN LAFABREGUE / AFP
INVITÉ RTL - Accusations contre Hulot : "Tout a été fait pour montrer un condamné", dénonce son avocat
19:27
Pascal Praud & Amandine Bégot - édité par Victor Goury-Laffont

Mis en cause dans un reportage d'Envoyé Spécial au cours duquel plusieurs femmes l'accusent d'agressions sexuelles, Nicolas Hulot répond ce jeudi 25 novembre par l'intermédiaire de l'un de ses avocats, Alain Jakubowicz. Au micro de RTL, celui-ci a estimé que l'émission avait voulu "faire le procès de Nicolas Hulot et le condamner à vie".

Affichant sa colère, le juriste reproche à Élise Lucet, rédactrice en chef d'Envoyé Spécial, de ne pas avoir fait respecter le "contradictoire" et d'avoir "mis en scène" les témoignages à travers des éléments de décor, comme le fait que l'une des accusatrices ait témoigné "dans un cadre bucolique". Il assure avoir initialement accepté que Nicolas Hulot participe à l'émission, avant de se rétracter car la journaliste refusait de lui présenter les séquences où l'ancien ministre était accusé. Une décision qui, selon lui, empêchait de se défendre dans de bonnes conditions.

L'ancien ministre continue-t-il à nier les faits après cette diffusion ? "C'est une évidence", assure son avocat, selon qui "Nicolas Hulot est à la disposition des enquêteurs" bien qui les faits rapportés par les femmes dans le reportage soient préscrits. "Tout a été fait pour montrer un condamné", estime l'avocat. 

S'il dit "ne pas traiter de menteuses" les accusatrices, il juge que "la mémoire s'érode" après 32 ans, en référence au témoignage de Sylvia, qui avance que l'ancien présentateur d'Ushuaïa l'a agressée en 1989. Il explique que "même cette jeune femme dit que cette fellation n'a en définitive pas eu lieu", ce qui exclurait la qualification de viol, assure-t-il, et ajoute que "un comportement inadmissible n'est pas un viol".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/