2 min de lecture Patrimoine

Incendie de la cathédrale de Nantes : l'histoire du terrible feu du 28 janvier 1972

La cathédrale de Nantes a déjà connu un spectaculaire incendie dans les années 70. Un souvenir ravivé par le feu de ce mois de juillet heureusement bien moins destructeur.

L'incendie du toit de la cathédrale de Nantes en janvier 1972
L'incendie du toit de la cathédrale de Nantes en janvier 1972 Crédit : INA
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

À quatre heures de l'après-midi, vendredi 28 janvier 1972, les Nantais observent avec désolation la destruction de la cathédrale de leur ville. Saint-Pierre-et-Saint-Paul, ses pierres blanches et son architecture gothique, brûle. Un feu violent qui a entièrement ravagé la toiture d'ardoise et la charpente de l'édifice religieux qui a mis plus de quatre siècles à s'élever au cœur de la ville.

Des centaines de morceaux de la structure de la cathédrale tombent les uns après les autres dans un gigantesque brasier immortalisé par les photographes et les caméras de l'ORTRF.  Malgré l'absence de couleurs, on devine encore aujourd'hui la virulence de l'incendie. Des images qui ressemblent alors fortement à l'incendie de la cathédrale Notre-dame de Paris qui est bien présent dans l'esprit des Français, des catholiques et des amoureux d'histoire et de patrimoine du monde entier. 

Cet incendie est venu conclure de la pire des façons de longs travaux de restauration pour réparer les dégâts causés par les bombardements de juin 1944. L'incendie de 1972 est accidentel. C'est le chalumeau d'un des ouvriers qui travaillait dans les combles qui est à l'origine de l’incendie. Après un long procès, c'est finalement l'État français qui fut reconnu responsable de cette destruction pour ne pas avoir procédé au nettoyage de la poussière qui s'était accumulée depuis des années dans le lieu de culte. Cette poussière s'est transformé en véritable combustible en réagissant à la moindre flamme ou étincelle liée aux travaux effectués par l'entreprise Rineau Frères, dédouanée au final. 

Cet incendie de 1972 a permis d'anticiper de nouveaux drames grâce aux dépoussiérages des cathédrales d’Angers et du Mans mais aussi, et surtout, grâce à la construction d'une nouvelle structure en béton pour remplacer le bois qui faisait tenir le toit d'ardoise de Saint-Pierre-et-Saint-Paul. Cette présence du béton et les travaux qui ont eu lieu entre 1975 et 2013 ont permis de protéger le bâtiment lors du nouvel incendie de 2020. Une enquête a été ouverte pour "incendie volontaire" à la suite du feu qui a touché la cathédrale de Nantes samedi où "trois points de feu distincts" ont été constatés, a indiqué le procureur de la République de Nantes Pierre Sennès. "À ce stade, une enquête est ouverte pour incendie volontaire, il n'y a pas de conclusion à tirer maintenant parce qu'on a encore beaucoup d'enquêtes à faire qui peuvent apporter des éléments nouveaux", a-t-il précisé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Patrimoine Nantes Incendie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants