2 min de lecture Faits divers

Centre pour SDF dans le XVIe arrondissement de Paris : 8 mois de polémique

Visé par un incendie volontaire lundi 17 octobre, le centre d'hébergement de sans-abris, qui doit ouvrir le 5 novembre, suscite une farouche opposition d'une partie des riverains de ce très chic quartier de la capitale depuis le mois de mars.

>
Incendie d'un centre d'accueil pour SDF dans le XVIe arrondissement de Paris : huit mois de polémique Crédit Image : AFP |
Anne-Sophie Blot
Anne-Sophie Blot

Moins d'un mois avant son ouverture, la grogne contre le futur centre d'hébergement pour SDF dans le XVIe arrondissement de Paris a atteint son apogée. Lundi 17 octobre en début de matinée, le complexe a été touché par un début d'incendie. Une bouteille de verre et "du liquide inflammable" ont été retrouvés sur place, selon la police, ce qui accrédite la thèse d'un acte volontaire. Une plainte a été déposée et le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "dégradation volontaire par incendie"

Depuis des mois, ce projet suscite des débats enflammés. Sa présentation officielle lors d'une réunion publique le 14 mars avait tourné à la foire d'empoigne. Les riverains du très huppé arrondissement de l'Ouest parisien s'étaient déplacés en masse pour exprimer leur farouche hostilité à l'arrivée de 200 sans-abris dans leur quartier. Munis de pancarte "Touche pas à mon bois", les opposants très remontés avaient semé la pagaille dans un amphithéâtre bondé, coupant sans arrêt la parole au préfet à coup de huées, de sifflements et même parfois d'insultes.

Contre un "nouveau Sangatte"

Le chef de file des opposants au centre d'accueil n'est autre que le député-maire du XVIe arrondissement Claude Goasgen (Les Républicains), qui déplore de ne pas avoir été consulté par la mairie de Paris. Sa pétition intitulée "Refusons un Sangatte dans le bois de Boulogne", en référence à l'ancien centre pour migrants de Calais, a recueilli 40.000 signatures en cinq mois.

De son côté, la mairie de Paris avance sa volonté de rééquilibrer la répartition des hébergements d'urgence dans la capitale, même si le XVIe arrondissement n'est pas le seul à ne pas disposer de ce type de structure. Composé d'une série de modules en bois, le centre de 196 mètres de long et 8 mètres de large, est installé dans l'Allée des Fortifications, à proximité immédiate du bois et à une centaine de mètres d'immeubles en pierre de taille du quartier. Il pourra accueillir 200 personnes sans-abris, 100 personnes en famille et 100 personnes isolées

Géré par une association

À lire aussi
faits divers
Paris : une centaine de sans-abri hébergés après avoir occupé l'Hôtel-Dieu

L'établissement sera géré par l'association Aurore, qui "héberge, soigne et accompagne près de 30.000 personnes en situation de précarité ou d’exclusion vers une insertion sociale et professionnelle" depuis 1871, selon son site internet. Des travailleurs sociaux seront présents 24 heures sur 24 dans le centre, indique la mairie.

L'incendie survenu lundi 17 octobre, qui a causé des dégâts minimes, ne devrait pas retarder l'ouverture de l'établissement prévue le 5 novembre prochain, assure l'association Aurore. Anne Hidalgo, qui a porté le projet de centre, a condamné avec la "plus grande fermeté" cette "tentative d'incendie volontaire" et annoncé que la mairie se constituerait partie civile dans l'enquête dont le premier district de police judiciaire de Paris a été saisi. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers SDF Solidarité
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants