1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Il croit que Francky Vincent est l'amant de sa femme et la tue
1 min de lecture

Il croit que Francky Vincent est l'amant de sa femme et la tue

Le procès en assises d'un père de famille débute ce lundi 19 octobre. Il est accusé du meurtre de sa femme, qui conservait une photo de Francky Vincent dans son sac.

L'immeuble de la rue Jean-Jacques Rousseau à Garges, où le drame a eu lieu en 2012.
L'immeuble de la rue Jean-Jacques Rousseau à Garges, où le drame a eu lieu en 2012.
Crédit : Google Street View
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen

C'est une histoire aussi tragique qu'insolite. À partir du lundi 19 octobre, un homme de 67 ans comparaît devant la cour d'assises du Val-d'Oise pour avoir tué sa femme, après avoir trouvé la photo de Francky Vincent dans son sac à main. Il avait imaginé que sa femme le trompait avec le chanteur de zouk aux textes sulfureux.

Les faits remontent à janvier 2012, rapporte le quotidien Le Parisien. Vers 23 heures, dans son appartement à Garge-lès-Gonesses, Abadio O., père de famille, découvre la photo de Francky Vincent dans le sac de sa femme. Convaincu que l'homme sur la photo est l'amant de sa femme, il lui demande des explications. Mais il est pris d'un coup de folie : il s'empare d'une machette avant de frapper la victime, âgée de 57 ans, plusieurs fois à la tête. Elle décède très rapidement.

Une vie en marge et des troubles psychiatriques

Selon l'avocate du prévenu, Me Sonia Barthélémy, c'était "une famille sans histoire", où il n'y avait pas eu, jusque-là, d'histoires de violences ou d'adultère. Elle évoque le contexte psychiatrique comme étant le facteur au cœur du dossier. "L'expert a conclu à une altération de son discernement, d'une forme de schizophrénie". Très peu loquace, l'homme allait visiblement mal depuis 2007. Il avait arrêté de travailler, s'était enfermer et avait fini par ne plus supporter la vie sociale de sa femme. Il était également sous traitement neuroleptique (médicaments contre la schizophrénie).

Trois ans après le drame, les deux filles du couple, aujourd'hui âgées d'une vingtaine et trentaine d'années, "ne se remettent pas", poursuit l'avocate. Lors du procès en assises, l'homme devra s'expliquer sur ce geste de folie. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/