1 min de lecture Faits divers

Haute-Garonne : une avocate n'accède pas à une prison à cause de son soutien-gorge

Une avocate voyant son soutien-gorge sonner au portique s'est vue refuser l'accès à la prison de Seysses, et a dû se changer dans sa voiture.

>
Haute-Garonne : une avocate n'accède pas à une prison à cause de son soutien-gorge Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : Patrick Isson | Durée : | Date :
Patrick Isson et Ryad Ouslimani

Une avocate a été obligée de se changer dans sa voiture avant de rentrer dans la prison de Seysses, près de Toulouse, et a saisi le conseil de l’ordre pour s’être retrouvée dans cette situation humiliante. À l’origine, un problème d’armature de sous-vêtement. 

"C’est une affaire de soutien-gorge qui fait sonner le portique", explique-t-elle à RTL. "À partir de là, la direction refuse de me laisser entrer. Il fallait qu’on me propose une solution. J’acceptais toute mesure de sécurité, mais il fallait qu’on me dise : 'Maître, vous pouvez aller voir votre client, et on va trouver une solution ensemble'", raconte-t-elle. 

L’avocate rappelle que la direction de la prison doit assurer aux détenus l’exercice de leurs droits. "Ce n’est pas du tout ce qu’il s’est passé", assure-t-elle. Elle se serait vue indiquer qu’elle pouvait rentrer chez elle si elle n’était pas contente. 

Elle a alors dû aller se changer dans sa voiture, "dans une zone couverte par les caméras", les abords d’une prison étant de facto surveillés. "J’estime qu’il y a eu une atteinte à ma dignité et à ma profession", s’offusque l’avocate. Elle a aussi été étonnée que l’arrivée d’une autre femme ne débloque pas la situation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Haute-Garonne Prisons
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants