1 min de lecture Justice

Harcèlement : fin de la garde à vue de Thomas Langmann, présenté au parquet de Paris

Accusé de harcèlement pour des "messages malveillants réitérés et menaces" par son épouse, le producteur Thomas Langmann était en garde à vue depuis mercredi 2 mai.

Thomas Langmann, le 17 mai 2015 à Cannes
Thomas Langmann, le 17 mai 2015 à Cannes Crédit : VALERY HACHE / AFP
lucie valais
Lucie Valais
et AFP

Sa garde à vue touche à sa fin. Entendu depuis mercredi 2 mai dans le cadre d'une enquête ouverte pour harcèlement, le producteur Thomas Langmann sera présenté au parquet de Paris vendredi 4 mai dans la matinée, annonce une source judiciaire ce jeudi. En avril dernier, sa femme portait plainte pour "harcèlement" et "appels téléphoniques malveillants". 

Au lendemain de son interpellation, la garde à vue du producteur a pris fin ce jeudi soir, rapporte M6. Une enquête préliminaire a été ouverte et le parquet de Paris devrait décider vendredi matin des suites de la plainte. 

À l'issue du déferrement, le procureur peut, entre autres, le renvoyer devant le tribunal pour être jugé à une date ultérieure, demander un complément d'enquête ou décider d'une mesure alternative aux poursuites.

J'ai harcelé ma femme pour voir mon fils

Thomas Langmann
Partager la citation

Le fils de Claude Berri s'était récemment confié sur son divorce, sur France 2, dans l'émission "Stupéfiant !". Il détaillait alors une procédure de divorce difficile avec sa femme Céline Bosquet, mère de deux de ses enfants. "J'ai peut-être beaucoup appelé ma femme (...) J'ai harcelé ma femme pour voir mon fils", s'était-il justifié, regrettant un "déferlement médiatique".

À lire aussi
Une oeuvre de Wilfrid A à Montmartre justice
Paris : un street artist en garde à vue pour viols et agressions sexuelles

Producteur à succès de The Artist, également réalisateur, Thomas Langmann avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour violence à l'encontre de sa précédente compagne, mère de sa première fille. "J'ai commis un mauvais geste que je regrette, pour lequel je me suis excusé immédiatement, pour lequel j'ai été condamné, pour lequel je n'ai pas fait appel, il y a eu trois jours d'ITT, cela date de onze années", avait-il rappelé sur France 2.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Cinéma Harcèlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants