1 min de lecture Société

"Gilets jaunes" : Jérôme Rodrigues interpellé à Paris lors d'une manifestation interdite

Le "gilet jaune" Jérôme Rodrigues a été interpellé lors d'un rassemblement à Paris ce samedi. Cette manifestation, interdite par la préfecture, visait à protester contre un rassemblement de Générations Identitaires.

Des policiers arrêtent Jérôme Rodrigues, l'une des figures de proue du mouvement des "Gilets jaunes", le 20 février 2021 à Paris lors d'une contre-manifestation.
Des policiers arrêtent Jérôme Rodrigues, l'une des figures de proue du mouvement des "Gilets jaunes", le 20 février 2021 à Paris lors d'une contre-manifestation. Crédit : Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

L'une des figures majeures des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues, a été interpellé ce samedi 20 février dans le XVe arrondissement de Paris. BFM TV rapporte que l'homme a été placé en garde à vue pour rébellion et pour avoir refusé de se soumettre à un contrôle policier.

Le militant participait à un rassemblement organisé par l'Union syndicale Solidaires Paris. Objectif : protester contre la manifestation du groupe d'extrême droite Générations Identitaires, un mouvement dans le collimateur de la justice et qui fait l'objet d’une procédure de dissolution.

La préfecture de Paris avait interdit la manifestation à laquelle participait Jérôme Rodrigues, alors que celle de Générations Identitaires avait été autorisée, explique-t-on dans les colonnes de Ouest France. En cause : la déclaration du rassemblement lancé par l'Union syndicale Solidaires Paris avait été jugée "hors délai", selon la préfecture. 

Le 14 janvier, deux policiers ont été mis en examen dans le cadre de l'enquête sur l'éborgnement de Jérôme Rodrigues et sur la blessure d'un autre manifestant en 2019, a annoncé le militant sur les réseaux sociaux, le 10 février dernier. "Je tenais à vous le dire, à dire à l'ensemble des gens qui me soutiennent depuis deux ans aujourd'hui : je me suis fait crever un œil par la police de Macron", avait-il déclaré sur son compte Facebook. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Justice Faits divers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants