1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Geneviève Montilliet : comment "la diabolique d'Antibes" a-t-elle tué son compagnon ?
2 min de lecture

Geneviève Montilliet : comment "la diabolique d'Antibes" a-t-elle tué son compagnon ?

Geneviève Montilliet n'a pas hésité à impliquer ses propres enfants dans sa trajectoire criminelle...

Geneviève Montilliet discute le 27 juin 2003 avec son avocat Gérard Beaudoux, au tribunal de Nice
Geneviève Montilliet discute le 27 juin 2003 avec son avocat Gérard Beaudoux, au tribunal de Nice
Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
L'INTÉGRALE - Geneviève Montilliet : la diabolique d'Antibes
41:38
L'ENQUÊTE - Geneviève Montilliet : la diabolique d'Antibes
14:58
Jean-Alphonse Richard & Thibaud Chaboche

Le 1er novembre 1992, aux alentours de 19h00, le commissariat d'Antibes est prévenu d'un accident de la circulation sur la route sinueuse et non éclairée du Cap. Un cycliste a été violemment heurté par une voiture qui a pris la fuite : Eric de Vriendt, 35 ans, n'est pas mort, mais souffre de profonds traumatismes. Il a été transporté à l'hôpital et plongé dans le coma. Pas de témoin de l'accrochage, pas de traces. Le chauffard est introuvable. 

La compagne d'Eric de Vriendt, Geneviève Montilliet, 47 ans, est tout de suite à son chevet. Elle va venir chaque jour. Eric de Vriendt, lui, est sujet depuis des années à une grave dépression et a multiplié les séjours en asile psychiatrique. Sa femme souhaite pourtant qu'il soit hospitalisé à domicile. Elle signe en un temps record tous les papiers. 

Mais 4 jours seulement après son retour à domicile, Eric de Vriendt décède brutalement. Il se serait étouffé en avalant une boisson, assure sa compagne. Il est incinéré 3 jours après. La mère d'Eric de Vriendt, prévenue du décès de son fils après l'incinération, est la première à se poser des questions. Elle a considéré depuis le début Geneviève comme une femme intéressée et malhonnête. 

8 contrats d'assurances vie souscrits

Les compagnies d'assurances sont également soupçonneuses. Il apparait que la victime avait souscrit pas moins de huit contrats d'assurances vie (10 millions de francs au total, soit 1 million et demi d'euros), avec des clauses permettant de doubler ou tripler les versements en cas d'accident de la route. 

À lire aussi

L'enquêteur des assurances tique sur ce drôle de carambolage, pourquoi cet homme est-il parti faire du vélo à la nuit tombée, sans lumière et sans équipement spécial ? Il est alors envisagé que la veuve a elle-même abrégé la vie de son compagnon pour pouvoir encaisser le pactole. 

Elle est la seule bénéficiaire, avec sa fille, de ces contrats. Mais aucun élément ne prouve ce scénario. Jusqu'à ce qu'un expert graphologue soit missionné pour analyser les signatures du défunt. Certaines ont été imitées... 

Invités de "L'Heure du crime"

André Bloch, chef de la brigade criminelle de la PJ de Nice. En charge de l’affaire 1998 à 2001
Didier Chalumeau, journaliste, spécialiste des affaires policières et judiciaires

L'équipe de l'émission vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/