4 min de lecture Faits divers

François Thierry le patron des stups devenu hors-la-loi

REPLAY - Le policier aurait fait passer 19 tonnes de drogue en France.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
François Thierry le patron des stups devenu hors-la-loi Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Marie Guerrier | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie Guerrier
Marie Guerrier Journaliste RTL

Imaginez la scène : nous sommes sur une plage de Marbella en Espagne, des hommes transbahutent des ballots de drogue qu'ils déchargent de bateaux zodiac pour les mettre à l'abri dans une villa. Rien de très original en fait. Sauf que ces hommes qui forment une chaîne humaine sur le sable blanc sont en fait des policiers français. Ils sont 5 en ce printemps 2012 à se relayer pour récupérer ces sacs de cannabis venus directement du Maroc. La scène est racontée ce matin dans Libération par Stéphane, chargé à l'époque de garder la villa pendant 3 semaines. Il est un indic' de François Thierry, le patron de la prestigieuse brigade des stups. Il verra passer 19 tonnes de drogues qui remonteront ensuite vers la France par "go fast". Seule une partie des voitures seront interceptées.

"Révélation sur un trafic d'État", titre Libération qui dévoile ainsi sur 5 pages, dignes des meilleurs polars, comment l'ancien patron des stups aurait organisé l'importation de dizaines de tonnes de cannabis en France, avec l'aide d'un autre indic, Sofiane Hambli, un des plus gros trafiquants de drogue en Europe. "Ce scandale risque de provoquer une déflagration au sommet de la police judiciaire", écrit Libé qui demande des comptes sous la plume de Johan Huffnagel : "Admettons que pour mettre à terre les trafics internationaux, frayer avec l'illégalité soit nécessaire. Bien sûr, on ne fait pas tomber les mafias et les trafiquants avec des pistolets à bulle. Mais quelles sont toutes le ramifications de cette filière. Doit-on lutter contre l'illégalité en étant soi même hors la loi ?"

Entre François Thierry et Michel Neyret, le lien est évident : même réputation de grand flic, même culture du résultat... À force de flirter avec la ligne jaune, l'un comme l'autre ont fini par incarner un système malade et des méthodes devenues inacceptables. La même question est posée à la justice : s'agit-il de la dérive d'un homme ou bien de la déliquescence d'un système ?

La France vue de Cannes et de Roland-Garros

Hier soir, à l'aube d'une nouvelle semaine de fronde sociale, la contestation s'est invitée au Festival de Cannes. En décernant la palme à Moi, Daniel Blake, les jurés ont offert une tribune très politique à son réalisateur Ken Loach. Et cette palme qui succède au prix obtenu par Vincent Lindon, l'an passé pour son rôle de chômeur dans La Loi du marché, est une nouvelle fois en phase avec un certain climat hexagonal. Certains y verront facilement des similitudes avec les orientations de notre Loi El Khomri. "On notera aussi", écrit Daniel Muraz dans le Courrier Picard, "que c'est George Miller qui présidait le jury, l'auteur de Mad Max 2, où la recherche du carburant est primordiale à la survie..."

Alors, dans cette France tourmentée et nerveuse, le tournoi de Roland-Garros pourrait faire figure de havre de paix, comme une diversion enchantée. Que nenni, nous explique le site Slate ! Roland-Garros tend à la France un miroir à peine déformant de ce qu’elle est ou de ce qu’elle est devenue. Roland-Garros, c'est l'impossibilité de réformer, avec le non choix du nouveau stade, le tournoi a préféré rester dans le statu quo en ne déménageant pas de la porte d'Auteuil, alors que le site finira par être trop petit à long terme.

À lire aussi
Disparition inquiétante faits divers
Gard : disparition inquiétante d'un homme de 46 ans, un appel à témoins lancé

Roland-Garros, comme la France, c'est aussi une gouvernance contestée, avec Jean Gachassin au cœur d'une enquête sur sa gestion très relâchée, et qui ne sait s'il va pouvoir finir son mandat. Comme la France, Roland-Garros a aussi un problème de renouvellement politique : les deux principaux candidats pour présider la fédération après Gachassin ont usé les sièges de la tribune présidentielle depuis un quart de siècle. Roland-Garros, c'est aussi les inégalités sociales représentées par le court central. Les riches devant, les pauvres derrières, un public versatile qui siffle pour manifester son agacement. Un peu comme les manifestants toujours prêt à vociférer ou à se rebeller. Roland-Garros, comédie du pouvoir, comédie française et grand tournoi de tennis...

Les téléspectateurs sous hypnose

Parfois ce qui se passe à la télévision peut se passer chez vous. Le journal Sud Ouest raconte ce matin comment un quinquagénaire landais est resté paralysé devant sa télé, samedi soir, après avoir essayé un tour de l'émission "Stars sous hypnose", sur TF1 avec Messmer. Même les secours n'en sont pas revenus. Et ne savaient pas comment sortir Denis de l'état d'hypnose dans lequel il s'est trouvé pendant 90 minutes.

En fait, il a voulu tester le rapprochement des doigts que Messmer faisait faire aux stars sur le plateau, et ses doigts se sont retrouvés collés. Impossible de les décoller. Ils sont même devenus violets, il serrait si fort qu'une ancienne plaie au poignet s'est rouverte. La fille et la femme de Denis lui ont jeté de l'eau à la figure, lui ont crié dessus, la gamine finit par fondre en larmes... Rien n'y fait. Il a fallu appeler les pompiers qui n'ont rien pu faire non plus. C'est la femme de Denis qui a fini par avoir l'idée d'imiter Messmer en lui disant : "À trois tu te réveilles". Fin du cauchemar. 

Denis est dirigeant d'entreprise à Parentis-en-Born. Il se dit qu'on va le prendre pour un fou, il se demande ce qui serait arrivé s'il avait été seul chez lui. Sa femme a envoyé un message à TF1 pour que désormais les émissions d'hypnose soit accompagnées d'un message : "N'essayez pas chez vous". Dans Sud Ouest, un spécialiste nous apprend que ça peut arriver, mais c'est très rare. Denis fait partie des 5% d'individus hypersuggestibles, aussi rares que ceux à qui l'on arrive à faire croire qu'il n'y a pas de pénurie, que ça va mieux...

Lire la suite
Faits divers Police Drogue
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants