2 min de lecture Faits divers

Femme enceinte tuée : les chiens de chasse à courre pas impliqués, selon la société de vénerie

La société de vénerie, qui fédère toutes les associations de cette tradition, a affirmé qu'aucun des chiens ayant participé samedi 16 novembre à une chasse à courre dans l'Aisne n'était impliqué dans la mort d'Elisa Pilarski.

Femme tuée dans l'Aisne: l'identité des chiens tueurs en question
Femme tuée dans l'Aisne: l'identité des chiens tueurs en question Crédit : AFP / Archives, WOJTEK RADWANSKI
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La société de vénerie a affirmé qu'aucun des chiens ayant participé samedi 16 novembre  à une chasse à courre dans l'Aisne n'était impliqué dans la mort d'une femme, tuée par morsures de chiens, alors qu'elle promenait le sien.

Elisa Pilarski "promenait son chien Curtis, un American Staff, un chien de combat (...), dont on ne peut imaginer qu'il ait laissé sa maîtresse se faire dévorer sans la défendre ! Or, des vétérinaires mandatés par les gendarmes ont inspecté les 62 chiens de l'équipage et aucun ne présentait de traces de morsure", a déclaré Antoine Gallon, directeur de la communication de la société de vénerie.

Cette dernière fédère toutes les associations de chasse à courre françaises. Le maître d'équipage de cette chasse, Sébastien Van den Berghe, "possède 62 chiens, 21 étaient à la chasse, 41 n'y étaient pas. Tous ont été auscultés", a insisté M. Gallon, ce qui "disculpe totalement la chasse à courre", a-t-il affirmé.

Une hémorragie consécutive à des morsures de chiens

La jeune femme enceinte de 29 ans avait été retrouvée morte par son compagnon dans la forêt de Retz samedi après-midi, dans un secteur où se déroulait une chasse à courre. Selon le parquet de Soissons, qui a ouvert une information judiciaire, son décès a pour origine "une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens".

À lire aussi
Willy Bardon, mis en examen pour le meurtre et le viol d'Elodie Kulik, escorté par des gendarmes. l'heure du crime
Affaire Elodie Kulik : le procès à rebondissements de Willy Bardon

Avant l'attaque, la jeune femme avait appelé son compagnon pour lui signaler selon lui la "présence de chiens menaçants". Des prélèvements génétiques ont été effectués sur 67 chiens au total, dont 62 chiens de l'association le Rallye la passion, organisatrice de la chasse, et les cinq chiens d'Elisa Pilarski, avait indiqué mercredi dans un communiqué le procureur de Soissons, Frédéric Thin.

Ils visent à "identifier" les animaux ayant attaqué Elisa Pilarski. Mais leurs résultats ne sont pas attendus avant plusieurs jours. L'information judiciaire contre X a été ouverte pour "homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l'agression commise par des chiens".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Chiens Chasse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants