2 min de lecture Faits divers

Femme disparue à Longwy : le corps retrouvé, l'ex-compagnon avoue le meurtre

L'homme, un Belge de 68 ans, assure avoir tiré "accidentellement" un coup de fusil mortel dans le dos de la victime.

Le passage à tabac d'un homme par la police à Paris a beaucoup choqué.
Le passage à tabac d'un homme par la police à Paris a beaucoup choqué. Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Gaétan Trillat et AFP

Un homme a reconnu avoir tué son ex-compagne d'un coup de fusil dans le dos, à Mont-Saint-Martin, près de Longwy (Meurthe-et-Moselle), puis transporté et enterré son corps dans une forêt de Belgique à quelques kilomètres de là, a annoncé jeudi 19 novembre le procureur de la République de Nancy. 

Le corps de la disparue, France Gérard, 54 ans, a été retrouvé jeudi après-midi par les autorités belges, à quelques centaines de mètres de l'endroit que le gardé à vue avait indiqué.

L'homme de nationalité belge, âgé de 68 ans, déjà condamné en 2003 pour des violences sur une ex-compagne, a été présenté à un juge d'instruction saisi pour "enlèvement, séquestration ou détention arbitraire, et assassinat".

Elle "craignait pour sa vie"

Lundi, la police de Longwy avait été informée de la disparition de France Gérard. Celle-ci était partie le matin en voiture avec son chien déposer sa fille, Fanny, 14 ans, à l'école à Arlon (Belgique). Il était prévu qu'elle revienne ensuite rechercher l'adolescente. Ce qu'elle n'avait pas fait.

À lire aussi
Des manifestants sur la place de la République à Paris le 28 novembre 2020 lors d'une manifestation contre le projet de loi Sécurité globale. faits divers
Photographe de l'AFP blessé samedi : une enquête interne de la police ouverte

Selon les témoignages de ses proches, dans la matinée, Mme Gérard, qui s'était rendue chez son fils à Aubange (Belgique), craignait pour sa vie : "S'il m'arrive quelque chose, prends soin de Fanny", avait-elle confié au cours d'une conversation. L'enquête ouverte par la police s'est immédiatement tournée vers son ancien compagnon, lequel a d'abord nié avant de reconnaître les faits, notamment quand les analyses de la police scientifique ont mis en évidence du sang sur ses vêtements.

Sa version est celle d'un tir accidentel. Il a ainsi raconté s'être rendu chez la victime à Mont-Saint-Martin, l'avoir attendue dans son garage où il a trouvé un fusil "chargé et muni d'un silencieux". Selon le prévenu, Mme Gérard à son retour a pris peur et s'est mise à courir. C'est en la suivant que le prévenu a affirmé "avoir glissé" et que "le coup de feu est parti tout seul", a expliqué le procureur.

Ensuite, le gardé à vue a admis avoir "paniqué", avoir "enroulé le corps dans une bâche pour aller l'enterrer dans une clairière" en Belgique "dans un trou" qu'il "a creusé". Il a assuré avoir agi tout seul, a ajouté le magistrat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Nancy Belgique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants