1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Espagne : un Français transportait des centaines de kilos de cannabis par hélicoptère
1 min de lecture

Espagne : un Français transportait des centaines de kilos de cannabis par hélicoptère

REPLAY - Un réseau de trafic de cannabis qui transportait de la drogue par hélicoptère entre le Maroc et l'Andalousie a été démantelé en Espagne.

Un hélicoptère volant à altitude en décembre 2009 (illustration)
Un hélicoptère volant à altitude en décembre 2009 (illustration)
Crédit : PRAKASH MATHEMA / AFP
Espagne : un Français transportait des centaines de kilos de drogue par hélicoptère
00:57
Julien Absalon
Julien Absalon

Pour transporter leur marchandise, les trafiquants de drogue n'empruntent plus seulement les routes avec leurs go fast, nom donné aux bolides utilisés dans ces activités illégales. Ils utilisent également les voies aériennes. C'était le cas d'un réseau de trafic de cannabis démantelé en Espagne et qui opérait entre le Maroc et l'Andalousie. Jeudi 15 octobre, la garde civile a annoncé l'interpellation d'une quinzaine d'individus, dont un pilote français d'hélicoptère qui s'apprêtait à livrer pas moins de 600 kilos de cannabis.

Cet homme, Jack, a été recruté par ces trafiquants car il avait fait ses preuves dans des opérations de sauvetage périlleuses en haute-montagne. Sa mission était désormais de convoyer en hélicoptère des centaines de kilos de drogue. Les vols s'opéraient de nuit et à très basse altitude pour échapper aux radars. Il devait également déjouer les pièges du relief et éviter les lignes électriques. Des voyages à haut risque qu'il facturait entre 40.000 et 50.000 euros.

L'as du manche avait malgré tout éveillé les soupçons des policiers espagnols en 2012 lorsqu'il avait été contrôlé avec un de ses appareils près de Malaga. Mais à cette époque, les enquêteurs n'avaient pas trouvé un gramme de cannabis dans la carlingue. Il y a quelques semaines, en revanche, Jack s'est fait arrêter au retour du Maroc avec 600 kilos de shit dans son hélicoptère et des lunettes de vision nocturne sur le nez. À ses côtés se trouvait un copilote qu'il était en train de former et qui l'avait accompagné dans ce vol d'étude un peu particulier, dont l'atterrissage s'est terminé en prison.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/