1 min de lecture Procès

"Disparues de Saône-et-Loire" : le procès de Pascal Jardin s'ouvre pour viol et meurtre

ÉCLAIRAGE - Jeudi 20 septembre s'ouvre le procès en appel de Pascal Jardin, aux assises de la Côte-d'Or. L'homme est accusé d'avoir violé et tué Christelle Blétry de 123 coups de couteau.

Devant la Cour d'appel de Dijon (illustration)
Devant la Cour d'appel de Dijon (illustration) Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

En première instance, c'est la perpétuité qui a été prononcée à l'encontre de Pascal Jardin. L'accusé a fait appel de la décision et retourne devant la justice à Dijon, pour le viol et le meurtre de Christelle Blétry en 1996, l'une des "disparues de Saône-et-Loire", jeudi 20 octobre et jusqu'au 4 octobre. Il avait farouchement nié sa culpabilité pendant les 9 jours de procès en 2017.

Le 2 février 2017, la cour d'assises de Saône-et-Loire avait suivi les réquisitions de l'avocat général qui décrivait "un meurtre d'une sauvagerie inouïe".


Entre les années 1980 et 1990, une dizaine de jeunes filles ont été tuées dans la région. Leurs familles sont réunies dans l'association Christelle, du nom de la victime connue du suspect principal. 

Le corps de Christelle Blétry, lycéenne de 20 ans, avait été retrouvé le 28 décembre 1996 au bord d'une route de campagne à Blanzy, en Saône-et-Loire. Elle a été tuée de 123 coups de couteau. L'affaire avait été à l'origine d'une mobilisation autour de plusieurs dossiers similaires, connus depuis sous le nom des "disparues de Saône-et-Loire". 

Une affiche datant de 2006 réalisée par les familles des "disparues de Saône-et-Loire"
Une affiche datant de 2006 réalisée par les familles des "disparues de Saône-et-Loire" Crédit : HO / AFP

Un aveu avant de se rétracter

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon, président de la France insoumise, le 12 septembre 2019 La France insoumise
Avant son procès, Jean-Luc Mélenchon dénonce une "une exécution politique"

Après 18 ans d'enquête qui n'aboutissait pas, l'ADN de Pascal Jardin a été confondu en 2014. Des traces ADN avaient notamment été découvertes sur les vêtements de Christelle Blétry lors d'une nouvelle analyse. 

Son empreinte avait été consignée au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) dix ans plus tôt, après une tentative d'agression sexuelle avec arme, pour laquelle il avait été condamné à un an de prison ferme. 

L'ouvrier agricole, qui avait refait sa vie dans les Landes, avait d'abord avoué le crime en garde à vue puis devant le juge d'instruction, s'était rétracter, reconnaissant simplement une relation sexuelle consentie. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Procès Justice Saône-et-Loire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794861206
"Disparues de Saône-et-Loire" : le procès de Pascal Jardin s'ouvre pour viol et meurtre
"Disparues de Saône-et-Loire" : le procès de Pascal Jardin s'ouvre pour viol et meurtre
ÉCLAIRAGE - Jeudi 20 septembre s'ouvre le procès en appel de Pascal Jardin, aux assises de la Côte-d'Or. L'homme est accusé d'avoir violé et tué Christelle Blétry de 123 coups de couteau.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/disparues-de-saone-et-loire-le-proces-de-pascal-jardin-s-ouvre-pour-viol-et-meurtre-7794861206
2018-09-20 11:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/VZq736977Khn_AP0nRU0hw/330v220-2/online/image/2018/0920/7794861267_devant-la-cour-d-appel-de-dijon-illustration.jpg