1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Disparition de Marie-Hélène Audoye : accident, enlèvement ou meurtre ?
3 min de lecture

Disparition de Marie-Hélène Audoye : accident, enlèvement ou meurtre ?

"L'heure du crime" revient sur la disparition de Marie-Hélène Audoye, au printemps 1991. La représentante en pharmacie qui sillonnait les routes du sud de la France semble s'être volatilisée en quelques heures. Depuis, sa mère cherche des réponses.

Marie-Hélène Audoye, jeune visiteuse médicale, qui a disparu le 21 mai 1991
Marie-Hélène Audoye, jeune visiteuse médicale, qui a disparu le 21 mai 1991
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
L'INTÉGRALE - La disparition de Marie-Hélène Audoye
00:38:20
L'ENQUÊTE - Disparition de Marie-Hélène Audoye : accident, enlèvement ou meurtre ?
00:13:58
Jean-Alphonse Richard - édité par Marie Kerlidou

"Je repasse la semaine prochaine, bisous". C'est le dernier mot laissé la représentante en pharmacie, le 21 mai 1991 avant de disparaître des écrans radar. Toutes les pistes sont étudiées: fugue, mauvaise rencontre, accident ? Des éléments liés à sa sphère familiale pourraient bien faire basculer l'enquête.

Le jour de la disparition : Ce mardi 21 mai 1991 au matin, Marie-Hélène Audoye, 22 ans, s'affaire dans l'appartement qu'elle occupe depuis quelques mois avec Steven, 20 ans, son compagnon. Ce quatre pièces de la résidence du Lido à Cagnes-sur-Mer avec vue sur la Méditerranée.

Marie-Hélène sait qu'elle a une grosse journée devant elle. La représentante en pharmacie doit faire le tour de plusieurs officines de la Côte, et aller en visiter d'autres jusque dans les Hautes Alpes, à Briançon. La route est longue. Elle a prévu de dormir sur place.

La veille, elle et son conjoint avaient failli rompre

À 9h52, elle est revenue chez elle pour passer, un long coup de fil à sa meilleure amie. Elle évoque les journées difficiles qu'elle vient de passer avec Steven, lequel l'a ouvertement trompée avec une autre fille, un mannequin suédois. Le couple a failli rompre mais se serait réconcilié la veille, lundi de Pentecôte. Tout serait plus ou moins rentré dans l'ordre. Même si Marie-Hélène redoute d'être à nouveau trompée alors qu'elle va s'absenter de Cagnes-sur-Mer. C'est la dernière fois que Géraldine Garino entend sa voix.

À lire aussi

La représentante prend le volant sa Renault Supercinq blanche. Direction Monaco. À 8h46, elle a fait le plein dans une station-service 11h30, vêtue d'une veste, d'une jupe-culotte noire et de collants, Marie-Hélène Audoye visite une pharmacie de la Principauté mais le patron est occupé. Elle se rend ensuite chez un grossiste voisin, revient vers 14 heures à la pharmacie, mais la préparatrice lui dit que le responsable s’est absenté.

Pressée, elle n'a toujours pas déjeuné. Elle lui laisse donc un mot dans son bureau :"Je repasse la semaine prochaine, Bisous. Marie-Hélène". La préparatrice dira avoir vu partir une jeune femme belle, souriante, nullement préoccupée.

Ses parents louent un hélicoptère pour la retrouver

Le lendemain, mercredi 22 mai, son compagnon appelle Jacques et Annie Audoye, les parents de Marie-Hélène. Il les informe que son employeur a téléphoné, il dit être sans nouvelle de sa représentante. Les parents sont intrigués. Ils pensent que leur fille a peut-être oublié ce coup de fil même si cela ne lui ressemble pas. 

À la fin de sa semaine, il n'y a toujours aucun signe de vie. Son compagnon ne semble pas inquiet outre mesure. Jacques et Annie Audoye sont désemparés. D'autant que la jeune femme ne se manifeste pas pour souhaiter la fête des Mères, ce qui est totalement inhabituel. 

Lundi 27 mai, les parents sont au commissariat d'Antibes pour signaler la disparition. Il leur est répondu que leur fille est majeure. Pas d'enquête ouverte. Les Audoye vont alors se lancer à corps perdu dans des investigations. Appelant les pharmacies que Marie-Hélène aurait dû visiter.

Visitant les précipices de la route des Alpes où elle aurait pu avoir un accident. Le couple loue même un hélicoptère pour survoler la région, puis un sonar pour explorer le canal de la Durance et le lac de Castillon près de Saint-André les-Alpes mais les recherches demeurent infructueuses.

Une photo retrouvée chez elle sème le doute

13 juin 1991, un mois après la disparition, une enquête pour enlèvement et séquestration est ouverte à Grasse, confiée à la juge Catherine Raby... La PJ de Nice recueille vite un troublant témoignage. Celui du gérant d'une croissanterie qui est formel.

Le mardi 21 mai en début d'après-midi, Marie-Hélène et une jeune femme blonde se sont attablés chez lui. Elle lui a dit qu'elle habitait tout près, la résidence du Lido. Témoignage pris très au sérieux. Et capital. Il signifie que la représentante est repassée chez elle après le déplacement à Monaco. Un crochet totalement  imprévu. Le compagnon, Steven, est entendu en qualité de témoin. 

L'appartement est visité. Rien n'est en désordre mais la PJ tique sur les photos d'une femme blonde qui n'est pas Marie-Hélène. Steven raconte qu'il s'agit de sa dernière conquête, la Suédoise Gunela qui a provoqué la colère de Marie-Hélène. Le jour du départ il indique l'avoir aidé à porter sa valise jusqu'à la Renault 5. Selon ses dires, c'est la dernière fois qu'il l'a vue. 

Avec la réouverture de ce dossier par le pôle "Cold Cases" de Nanterre, l'espoir renait pour celle qui a mené les recherches à bouts de bras. La maman de Marie-Hélène témoigne dans "l'heure du crime". 

Les invités de "L'heure du crime"

Annie Audoye, maman de Marie-Hélène.
Lauriane Dervault, journaliste et réalisatrice de l’émission Non élucidé.

Maitre Joncquet, avocate de Annie Audoye.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/