1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Disparition de Delphine Jubillar : "Notre relation était comme une évidence", confie son amant
2 min de lecture

Disparition de Delphine Jubillar : "Notre relation était comme une évidence", confie son amant

VU DANS LA PRESSE – Six mois après la disparition de Delphine Jubillar, et alors que son compagnon a été arrêté le 16 juin, son amant se confie pour la première fois.

Des collègues et proches de Delphine Jubillar lors d'une marche blanche à Albi, le 12 juin 2021.
Des collègues et proches de Delphine Jubillar lors d'une marche blanche à Albi, le 12 juin 2021.
Crédit : Fred SCHEIBER / AFP
Céline Morin
Journaliste

L’amant de Delphine Jubillar, infirmière de 33 ans disparue le 16 décembre dernier dans le Tarn, sort de son silence au lendemain du placement en garde à vue du mari de la femme, de sa belle-mère, ainsi que du compagnon de cette dernière. Celui désigné comme le "confident de Montauban" par les policiers, en référence à son lieu de résidence, pourrait bien être une pièce maitresse de l’enquête, étant le dernier à avoir vu Delphine vivante. 


Il se confie dans un entretien au Parisien – Aujourd’hui en France, et il y avoue être détruit toute ne refusant de se laisser abattre. "Je me dois d’avancer, pour mon fils", explqiue le trentenaire divorcé. Il ajoute aussi penser d’abord aux enfants de Delphine : "C’est pour eux que la situation est la plus terrible". 

Se pourrait-il que Cédric Jubillar, mari de Delphine, ait découvert leur liaison avant qu’elle n’ait eu le temps de lui révéler qu’elle prévoyait de partir vivre avec son amant ? 

"Nous avions le sentiment, l’un comme l’autre, de toucher du doigt le bonheur"

Il raconte leur rencontre : c’est par internet à l’été 2020 qu’ils ont fait connaissance. Ils ont tout de suite accroché dit-il, qualifiant même leur relation d’"évidence". "Nous échangions des tonnes de messages écrits par le biais d’une messagerie et nous passions aussi des heures au téléphone", raconte-t-il encore. 

Tous deux se voyaient vivre ensemble et avaient d’ailleurs décidé de sauter le pas au printemps. "Nous pensions vivre près d’Albi, idéalement dans une ferme avec un poulailler. Nous avions le sentiment, l’un comme l’autre, de toucher du doigt le bonheur et c’est ce que nous n’arrêtions pas de nous dire". Lui-même était en train de se séparer de sa compagne, Delphine de son côté "avait parlé à Cédric dès le mois de septembre de son envie de divorcer". 

À lire aussi

"Le dernier message que Delphine m’a adressé, un peu avant 23 heures [le soir de sa disparition], est une photo sur laquelle elle apparaissait en tenue de nuit, douchée et prête à aller se coucher". Les premiers temps qui ont suivi, il espérait avoir affaire à une disparition volontaire ou à un kidnapping. "Je lisais tout ce qui pouvait s’écrire sur le sujet dans l’espoir d’y lire une information décisive". Pourtant, six mois plus tard, le mystère reste là.

Sans se prononcer sur qui il pense être coupable, il explique avoir été rapidement écarté de la liste des suspects : "Cette nuit-là, j’étais à mon domicile près de Montauban et mon ex-compagne a pu le confirmer", ajoute-t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/