2 min de lecture Justice

Disparition d'Estelle Mouzin : l'enquête est dépaysée à Paris

Les dernières déclarations de Michel Fourniret et Monique Olivier avaient relancé l'enquête il y a plusieurs mois. Le dépaysement du procès va permettre d'interroger le couple sur la disparition d'Estelle Mouzin.

Estelle Mouzin a disparue en 2003 en Seine-et-Marne (archives)
Estelle Mouzin a disparue en 2003 en Seine-et-Marne (archives) Crédit : POLICE / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

La Cour de cassation a accepté de dépayser de Meaux à Paris l'enquête sur la disparition en 2003 d'Estelle Mouzin, après la réouverture de la piste du tueur en série Michel Fourniret, a-t-on appris ce jeudi 25 juillet 2019 de source judiciaire.

La requête émanait de la procureure générale de Paris et était motivée "par le souci de favoriser la manifestation de la vérité". Après avoir toujours nié être lié à cette disparition, Michel Fourniret avait livré des "aveux en creux" début 2018 face à la magistrate parisienne chargée de mener les investigations dans un autre dossier concernant la disparition de deux femmes en 1988 et 1990, selon l'une des avocates du père d'Estelle Mouzin.

Estelle Mouzin, alors âgée de 9 ans, avait disparu un soir de janvier 2003, en rentrant de l'école à Guermantes (Seine-et-Marne). Son corps n'a jamais été retrouvé et les nombreuses pistes envisagées par les enquêteurs n'ont rien donné. 

Changement de version

Michel Fourniret avait été mis une première fois hors de cause début 2007. En 2013, l'expertise de milliers de poils et de cheveux prélevés dans sa voiture n'avait pas non plus permis de trouver de traces de la jeune fille. Interrogé par les enquêteurs fin 2017, Fourniret avait une nouvelle fois affirmé n'avoir "rien à voir avec l'affaire" Mouzin. Mais, en début d'année dernière, sa version a changé. 

À lire aussi
La ville de Nîmes est située dans le Gard Nîmes
Nîmes : une enquête pour meurtre ouverte après le décès d'un enfant de 3 ans

C'est d'abord la femme de Michel Fourniret, Monique Olivier, qui a évoqué l'affaire, lors d'une audition le 5 février 2018, alors qu'elle était interrogée sur les disparitions de Joanna Parrish et de Marie-Angèle Domèce. Elle a souhaité le faire "compte tenu du temps qui passe et pour aider les familles des victimes", révélait 20 minutes

"Il y a quelque chose à creuser"

Un peu plus d'un mois après, le 14 mars, Michel Fourniret s'était lui aussi mis à parler, déclarant qu'il ne se souvenait plus "dans quelle région" et "dans quelles circonstances" il avait "croisé" Estelle Mouzin et Joanna Parrish. "Il y a quelque chose à creuser", avait-il affirmé, ajoutant que son manque de souvenirs précis était du au fait qu'il avait "le cul merdeux". 

Le dépaysement du procès va permettre à la juge parisienne, Sabine Khéris, de pouvoir directement interroger le couple sur la disparition d'Estelle, ce qu'elle ne pouvait faire tant que le procès était instruit à Meaux. 

ABONNEZ-VOUS À NOTRE PODCAST
>
Les voix du crime - Danièle Berthaud, complice malgré elle de son père, l'ennemi public numéro 1 Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : RTL Originals | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Police Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants