2 min de lecture Justice

Dieudonné condamné à deux mois de sursis et 10.000 euros d'amende pour son spectacle "La Bête immonde"

ÉCLAIRAGE - Le polémiste était poursuivi pour "provocation à la haine raciale" et "injure raciale" pour des passages de son avant-dernier spectacle.

Dieudonné au Palais de Justice de Paris, le 28 janvier 2015 (archives).
Dieudonné au Palais de Justice de Paris, le 28 janvier 2015 (archives). Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et AFP

Ce mardi 10 mai, devant le parquet de Paris, Dieudonné M'Bala M'Bala a écopé de deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende. Le polémiste était poursuivi pour "provocation à la haine raciale" et "injure raciale" dans le cadre de son avant-dernier spectacle, La Bête immonde. L'audience s'était tenue le 24 février dernier, devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, qui avait requis 3 mois de sursis et 30.000 euros d'amende. 

"Monsieur M'Bala M'Bala n'a qu'un propos : stigmatiser les juifs", avait estimé, en février, la magistrate du parquet dans son réquisitoire. Dans La Bête immonde, "Dieudo" apparaissait déguisé en détenu de Guantanamo, palabrant sur le génocide commis par les nazis et la responsabilité des juifs dans la traite des noirs. Habitué des prétoires, l'homme public est par ailleurs à l'affiche de son nouveau spectacle, En Paix. Son nom est encore cité dans de nombreuses affaires judiciaires en cours.

Côté défense et partie civile

L'humoriste controversé fait l'objet d'une quinzaine de condamnations depuis le début des années 2000. Le 15 mars dernier, sa question prioritaire de constitutionnalité (QPC) a été rejetée par la cour d'appel, dans le cadre de sa déclaration, "Je me sens Charlie Coulibaly", lancée peu après les attentats du 7 janvier 2015. Il avait écopé de deux mois de prison avec sursis un an plus tôt, pour "apologie d'actes de terrorisme"

Mais Dieudonné occupe parfois le banc de la partie civile. L'humoriste a engagé plusieurs procédures en diffamation au sujet du geste de la "quenelle", souvent qualifié de salut nazi déguisé. Vendredi 15 avril, dans le cadre de l'une de ces procédures, les prévenus - l'AFP et Bien public - ont été relaxés et Dieudonné a été condamné à leur verser 5.000 euros de dommages et intérêts pour procédure abusive.

À lire aussi
La cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar faits divers
Colmar : placé en détention provisoire, il s'évade par la fenêtre du tribunal

Vendredi 13 mai, une autre procédure engagée par le polémiste sera traitée au tribunal correctionnel de Paris. Celui-ci doit statuer sur les poursuites de Dieudonné à l'égard d'Alain Jakubowicz, président de la Ligue internationale de lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), lequel avait qualifié la "quenelle" de "geste antisémite" et de "salut nazi inversé signifiant la sodomisation de la Shoah". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Dieudonné Procès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants