2 min de lecture Toulouse

Corps démembré à Toulouse : la tête retrouvée dans le jardin de la suspecte

Devant les enquêteurs, la mise en cause a reconnu avoir tenté de maquiller le meurtre de sa collègue de travail en suicide.

Des policiers près du Canal du Midi (illustration)
Des policiers près du Canal du Midi (illustration) Crédit : PAUL PLANTIN / AFP
103029000663527498057
Eléanor Douet

Elle aura tout tenté pour maquiller son crime. La femme de 52 ans soupçonnée d'avoir tué et découpé sa collègue de travail a finalement avoué le meurtre. Arrêtée le 26 mai dernier, la suspecte avait dans un premier temps affirmé avoir frappé la victime, mais assurait ne pas l'avoir tuée. Elle a finalement reconnu avoir voulu faire passer ce meurtre pour un suicide, avant de découper le corps de sa collègue et d'en jeter les membres dans le Canal du Midi. Les enquêteurs ont retrouvé, samedi 28 mai, la tête de la victime dans le jardin de la mise en cause, relate la Dépêche du Midi. La suspecte a été déférée devant la justice pour "homicide volontaire et modification des lieux d'une crime". 

Elle a avoué avoir tué sa collègue, avec qui elle entretenait de très mauvais rapports, le 12 mai, et non le 15 comme indiqué lors de sa première audition. L'enquête a également montré que la victime n'a pas mis fin à ses jours en se tailladant les veines, mais que ce sont bien les coups portés par la suspecte qui l'ont tuée.

Elle laisse la dépouille 4 jours avant de revenir la découper

Tout a donc débuté le 12 mai dernier. La mise en examen se rend chez sa collègue, avec qui elle travaille à l'Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées, à Toulouse. Les deux femmes entretiennent des relations houleuses. Sans que l'on sache pour le moment pourquoi, la suspecte frappe sa collègue avec une bouteille de vin pleine, avant de lui asséner un coup de pied dans le flanc. Elle quitte l'appartement et n'y revient que quelques heures plus tard. À son retour, la victime est décédée. Pour tenter de maquiller le meurtre en suicide, elle décide de lui taillader les veines.

À lire aussi
Une patrouille de gendarmerie (illustration) Toulouse
Toulouse : ouverture d'une information judiciaire pour un "viol en réunion" diffusé sur les réseaux sociaux

Elle laisse la dépouille de la victime dans l'appartement, et emporte avec elle son téléphone et sa carte de crédit, avant de partir vers Montpellier (Hérault), où elle habite. Arrivée chez elle, elle utilise le portable de sa victime pour envoyer des messages rassurants à ses proches. Mais elle envoie également sur son propre téléphone un SMS "sexuellement" ambigu, qui servirait de preuve pour justifier son meurtre, au cas où elle serait arrêtée.

Ce n'est que quatre jours plus tard qu'elle décide de revenir à Toulouse. De retour sur les lieux du crime avec une scie, elle découpe, pendant plusieurs heures, le corps de la victime, avant d'en jeter les morceaux, de nuit, dans le Canal du Midi. On ne sait, en revanche, pas pourquoi, elle a décidé de dissimuler la tête dans son jardin. Devant les enquêteurs, la quinquagénaire a expliqué "ne pas avoir voulu donner la mort".

Lire la suite
Toulouse Meurtre Canal du midi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783427257
Corps démembré à Toulouse : la tête retrouvée dans le jardin de la suspecte
Corps démembré à Toulouse : la tête retrouvée dans le jardin de la suspecte
Devant les enquêteurs, la mise en cause a reconnu avoir tenté de maquiller le meurtre de sa collègue de travail en suicide.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/corps-demembre-a-toulouse-la-tete-retrouvee-dans-le-jardin-de-la-suspecte-7783427257
2016-05-29 17:02:16
https://cdn-media.rtl.fr/cache/xhTdCxSPgMKSr2sriGkaug/330v220-2/online/image/2016/0527/7783404168_canal-du-midi.jpg