1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Corbeil-Essonnes : un mauvais remake de "Shining" devant les juges
2 min de lecture

Corbeil-Essonnes : un mauvais remake de "Shining" devant les juges

Après avoir fracassé la porte derrière laquelle était retranché sa femme et son fils, un homme a fait sauter la maison. Son procès pour double tentative de meurtre s'ouvre ce mercredi à Evry

Vidéo snapchat de Perpignan : ouverture d'une information judiciaire pour "viol en réunion"
Vidéo snapchat de Perpignan : ouverture d'une information judiciaire pour "viol en réunion"
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Une hache, de l'hystérie et un homme qui veut tuer sa femme et son fils, retranché dans une pièce fermée. La scène ressemble à s'y méprendre à la scène culte de "Shining", le chef-d'œuvre de Stanley Kubrick. C'est pourtant devant le tribunal d'Evry, et non devant un parterre de cinéphiles, que le père de famille sera jugé pour double tentative de meurtre ce mercredi 17 juin.

Ce lundi de novembre 2013, alors qu'il attend sa femme depuis des heures, une bouteille de whisky pas très loin, il rentre dans une rage folle lorsqu'elle refuse de lui répondre à propos d'un éventuel divorce. S'ensuit alors une scène d'hystérie incroyable. Il commence à frapper sa femme avec un bâton à vis en lui hurlant "je vais te tuer". Alors que son neveu de 23 ans et son fils de 13 s'interposent, il les repousse à coups de poing - "je vais tous vous tuer!"- et disparaît dans la cuisine. Quand il ressurgit, c'est armé d'un hachoir de boucher, avec lequel il menace de mort son neveu, qui prend la fuite. La femme et le fils, eux, se sont réfugiés dans une chambre à l'étage. La porte est close. L'accusé parvient à la transpercer avec son hachoir, mais pas encore à passer au travers. Avant de s'interrompre brusquement : on sonne à la porte, c'est la police, alertée au téléphone par les victimes.

Changement de plan. Il part ouvrir le gaz, dont les émanations se propagent pendant une dizaine de minutes... et bat son briquet. Le souffle de l'explosion est tel que le toit et les murs du pavillon familial de Corbeil-Essonnes s'effondrent en partie. Quasi-miracle pour les trois occupants : seulement des blessures légères, y compris chez cet homme, qui vient pourtant d'allumer un briquet devant le tuyau de sa gazinière.

"Suicide collectif"

Aujourd'hui âgé de 55 ans, il imaginait par ce geste être "déchiqueté en morceaux" et emporter avec lui femme et enfant, dans ce qu'il qualifie, avec déni ou impudence, de "suicide collectif". Il s'en tire avec des brûlures au visage et aux mains, une arrestation et ce procès de trois jours aux assises.

À lire aussi

Ce conducteur de plateformes élévatrices à l'aéroport d'Orly, né à Hô-Chi-Minh-Ville (Viêt Nam), reconnaît les faits en garde à vue, avant de revenir partiellement sur ses déclarations au gré des interrogatoires. Sa femme, épousée en 1993 et aujourd'hui terrorisée par cet homme en proie à des problèmes d'alcool et violent, révèle aux enquêteurs avoir demandé le divorce la veille des faits.

"Je suis le chef de famille. Je décide qui doit mourir et qui doit rester vivant", lui aurait-il alors lancé, ajoutant qu'il allait les "tuer un par un". Elle raconte aussi avoir déjà divorcé de lui en 2003, à cause de violences conjugales et d'une agression sexuelle qu'il aurait commise sur sa sœur, mais l'avoir épousé à nouveau en 2010, notamment par crainte pour la sécurité de son fils lors d'éventuels droits de visite. Dernière précision: le jour des faits, elle avait effectivement rencontré un avocat, puis avait fait fabriquer une clé pour la porte de la chambre. Dans le doute.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire