1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Chute dans le Tour de France : ouverture d'une enquête judiciaire pour retrouver la spectatrice
1 min de lecture

Chute dans le Tour de France : ouverture d'une enquête judiciaire pour retrouver la spectatrice

Un appel a témoins a été lancé pour retrouver la femme qui a percuté le peloton avec sa pancarte samedi 26 juin lors de la première étape entre Brest et Landerneau.

Une spectatrice a fait chuter de nombreux coureurs lors de la première étape du Tour de France 2021 samedi 27 juin.
Une spectatrice a fait chuter de nombreux coureurs lors de la première étape du Tour de France 2021 samedi 27 juin.
Crédit : Gregory Leclerc sur Twitter
Louis Chahuneau & AFP

L'affaire prend de l'ampleur. Samedi 26 juin, quelques heures après l'énorme chute causée par une spectatrice qui agitait sa pancarte lors de la première étape du Tour de France entre Brest et Landerneau, le directeur adjoint du Tour, Pierre-Yves Thouault, a annoncé que la direction du Tour portait plainte contre la fautive. 

Ce dimanche, la gendarmerie du Finistère a annoncé l'ouverture d'une enquête judiciaire pour "blessures involontaires avec incapacité n'excédant pas trois mois par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence". La gendarmerie a également lancé un appel à témoins pour retrouver la spectatrice.

Samedi, en milieu d'après-midi, à 45 kilomètres de l'arrivée de la première étape, une spectatrice qui voulait montrer sa pancarte en carton à la télévision s'est déportée sur la chaussée et a été percutée par l'Allemand Tony Martin, provoquant une réaction en chaîne. La quasi-totalité du peloton s'est retrouvé à terre, excepté Julian Alaphilippe qui a remporté l'épreuve. Une seconde grosse chute a eu lieu, cette fois à 10 kilomètres de l'arrivée. Blessé, l’Allemand Jasha Sütterlin (DSM), a dû abandonner.

"Les héros, ce sont les coureurs"

"L'enjeu majeur sur le Tour, ça reste la sécurité routière, ça s'est démontré hier", a expliqué le lieutenant-colonel Joël Scherer. Mais "je peux confirmer qu'il n'y a pas de blessé dans le public", a poursuivi l'officier de liaison de la direction de la gendarmerie auprès d'ASO, l'organisateur du Tour.

À lire aussi

"Les héros, ce sont les coureurs, pas les gens qui viennent faire passer un message avec un panneau pour passer à la télé", a-t-il encore souligné, tout en concédant que l'incident de samedi résultait d'un "comportement individuel". Cette déclaration fait écho aux propos de Pierre-Yves Thouault samedi soir, qui avait dénoncé "un comportement inadmissible" et une "attitude insensée" dans les colonnes du Parisien.

Ce dimanche, 500 gendarmes seront répartis sur le parcours de la deuxième étape entre Perros-Guirec et Mûr-de-Bretagne Guerlédan (183,5 kilomètres). Sur l'ensemble du Tour, ils seront 14.000 à sécuriser la course.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/