1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Christine Rivière, ou "Mamie jihad", condamnée à 10 ans de prison
1 min de lecture

Christine Rivière, ou "Mamie jihad", condamnée à 10 ans de prison

Christine Rivière, qui s'est notamment rendue trois fois en Syrie, risquait dix ans de prison pour avoir suivi son fils parti faire le jihad. Elle a écopé de la peine maximale pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes terroristes.

Un avocat dans un tribunal (illustration)
Un avocat dans un tribunal (illustration)
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Cécile De Sèze & AFP

Elle risquait 10 ans de prison, Christine Rivière a écopé de la peine maximale. Le procès de celle que l'on surnomme "mamie jihad" s'est ouvert jeudi 5 octobre et aura duré deux petits jours. Elle est condamnée pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes terroristes. Sa peine est assortie d'une période de sûreté des deux tiers. 

Ce qu'on lui reproche notamment, c'est d'avoir rejoint son fils, combattant dans les rangs de l'État islamique, en Syrie et à trois reprises. Mais aussi un "engagement sans faille" auprès des jihadistes.

Le tribunal correctionnel a suivi l'ensemble des réquisitions du parquet, relevant la "détermination" de cette mère de famille de 51 ans qui s'est rendue en territoire occupé par l'organisation terroriste en 2013 et 2014. Elle a également "contribué au départ de plusieurs jeunes femmes" et s'est "totalement épanouie dans cette idéologie" mortifère. 

Jamais elle ne lâchera son fils

Son fils, Tyler Vilus, a été interpellé en juillet 2015 en Turquie avec un passeport suédois. Il est soupçonné d'avoir voulu regagner la France pour y commettre des attentats. Après la Tunisie qu'il rejoint en 2011, le benjamin de la famille décide de s'installer en Syrie en mars 2013. Christine Rivière le rejoint une première fois en août de la même année. Suivront deux autres voyages, dont le dernier en avril 2014. 

Je savais que tu monterais. Tu es fait pour ça

Christine Rivière à son fils
À lire aussi

Jamais elle ne lâchera son fils. Elle fait le voyage, lui envoie de l'argent et le soutient ouvertement alors que son fils grimpe rapidement les échelons au sein de Daesh. "Je savais que tu monterais. Tu es fait pour ça. Ce n'est pas pour rien que tu es là-bas. Tu joues ton rôle. Eh bien, bravo, mon fils, tu arrives à tout gérer", lui écrit-elle, selon Le Monde.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/