3 min de lecture Violences conjugales

"C'est mon héros", dit sur RTL la mère sauvée par son fils d'un compagnon violent

DOCUMENT RTL - Un petit garçon de 8 ans a sauvé sa mère des coups de son compagnon violent à Challans en Vendée. L'homme a été condamné à 5 ans de prison, dont 3 ferme.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"C'est mon héros" : dit la mère sauvée par son fils d'un compagnon violent Crédit Image : Zakaria ABDELKAFI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Patrice Gabard édité par Esther Serrajordia

Le 10 septembre dernier à Challans en Vendée, un petit garçon de 8 ans a sauvé sa mère. L'enfant a donné plusieurs coups de couteau au compagnon violent qui la frappait. Hospitalisé plusieurs jours, l’homme d’une quarantaine d’année a été jugé en comparution immédiate et condamné à 5 ans de prison dont 3 ferme. Blessée et choquée, la maman se remet doucement et salue surtout le courage de son fils

Stéphanie, c’est un prénom d’emprunt, habite dans un petit pavillon, à l’intérieur douillet,  d’un quartier résidentiel de Challans. Alors que son fils qui ne veut pas aller à l’école pour l’instant jouait avec l’un de ses petits camarades dans sa chambre, son visage et ses bras portent encore les traces des coups et les photos que Stéphanie fait défiler sur l’ordinateur témoignent de leur violence. 

Une violence que cette maman ne connaissait pas jusqu’à présent. Il y avait bien quelques disputes, mais rien de plus, sauf que ce soir-là tout a basculé subitement avec celui qu’elle appelle désormais Monsieur pour se protéger et protéger son fils. "Il a passé sa main dans mes cheveux et sur le coup, j’ai pensé qu’il voulait me faire une caresse et en fait, brutalement, il m’a serrée de plus en plus fort, les mains sur la gorge, je peinais à respirer, j’ai commencé à crier", témoigne-t-elle sur RTL.

"Tu allais mourir"

"Là, il a commencé à me mettre un coup de poing violent dans le visage puis deux et je suis tombée au sol et là au moment où mon fils arrive, il lui met un grand coup de pied au niveau de la tête, en le repoussant. Il me remet un coup de poing dans le visage et c’est là que mon nez commence à vraiment saigner. Mon fils doit voir ce sang et après moi je ne me rappelle plus de rien. C’est compliqué, moi je me suis vue mourir", dit-elle. 

À lire aussi
Des militantes contre les féminicides, à Paris, le 1er septembre 2019 Charente-Maritime
Charente-Maritime : à 80 ans, il tue sa femme et tente de mettre fin à ses jours

Aujourd'hui, son fils lui dit : "Maman, tu sais je n'aurais pas pu te laisser parce que pour moi tu allais mourir. Comme je le voyais après toi, je me suis dit si je la laisse deux secondes , elle va mourir, donc ça a été pour moi direct, j’ai ouvert le tiroir, j’ai pris le couteau et c’était la seule issue pour moi pour te sauver j’ai…j’ai poignardé". 

Stéphanie rectifie : "Ce n'est pas vraiment le terme poignardé, il a dit 'J’ai donné un coup'. Il se rappelle du coup qu’il a donné de face mais il ne se rappelle pas d’avoir donné de coup dans le dos. Il a touché la plèvre du poumon ce qui fait que le monsieur a été en soins intensifs pendant quelques jours et après, tout de suite, mis en garde à vue".

"C'est mon héros"

À ce moment-là, Stéphanie fait "soit un déni", soit elle ne se rappelle pas. "Tout ce que je sais maintenant avec ce qu’il me raconte je vois un petit garçon qui s’est battu… pour sauver sa maman. Un petit garçon qui a vu sa maman rouée de coups devant ses yeux, pour lui, c’est une image difficile et quand on peut amener un petit garçon à faire un geste comme ça, c’est vraiment que la violence est très très forte et il est très courageux, j’ai envie de dire que c’est mon héros, merci encore à lui parce que je ne serai peut-être plus là". 

Aujourd'hui, le garçon de 8 ans doit se reconstruire. "Il me dit : maman, je suis un assassin", dit sa mère, et demande s'il va aller en prison. "Il y a une violence devant ses yeux qui sera dans sa tête marquée à vie. Mon fils est à la maison parce qu'il a peur maintenant de me laisser. Il n’arrive plus à aller à l’école, il fait des crises d’angoisse, il fait des crises de colères. Il va commencer à voir une cellule psychologique pour l’aider mais pour l’instant se séparer de sa maman c’est impossible pour lui. Il fait comme s’il était mon garde du corps. Normalement, c’est la maman qui doit prendre soin de l’enfant, mais là il a inversé les rôles. Il ne veut plus me laisser", dévoile-t-elle. 

Le parquet des Sables-d'Olonnes confirme que l'enfant ne sera pas poursuivi. L'homme violent qui battait sa mère a lui été condamné en comparution immédiate à 5 ans de prison dont 3 ans ferme.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Violence Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants