1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Braquage de Kim Kardashian : "Je suis une victime", proteste son chauffeur
2 min de lecture

Braquage de Kim Kardashian : "Je suis une victime", proteste son chauffeur

DOCUMENT RTL - Le chauffeur de Kim Kardashian s’exprime pour la première fois après avoir été accusé d’avoir participé au braquage de la star en octobre dernier.

Kim Kardashian à Paris, le 1er octobre 2016
Kim Kardashian à Paris, le 1er octobre 2016
Crédit : SIPA
"Je suis soupçonné, je suis choqué et je me dis qu'il y a une trahison", témoigne Michaël, le chauffeur de Kim Kardashian
00:52
Michaël raconte la tempête médiatique autour de l'affaire du braquage de Kim Kardashian
00:36
"Ce qui me dérange le plus c'est que mon nom soit cité", explique Michaël
00:39
Olivier Boy & La rédaction numérique de RTL

Le 2 octobre dernier Michaël, le chauffeur de Kim Kardashian, ramène la star américaine à son hôtel particulier rue Tronchet à Paris, quelques heures avant son braquage. Rapidement, il est soupçonné par les enquêteurs d’avoir donné des informations aux braqueurs avant qu’ils ne mènent l’action. Le 9 janvier dernier, il fait partie des 17 interpellés par la brigade de la répression du banditisme (ou BRB) de la police judiciaire parisienne. Il va rester quelques 36 heures de garde à vue. Il est depuis totalement blanchi. La garde à vue est une épreuve durant laquelle il se retrouve assis côte à côte avec les braqueurs.

Il décrit le choc d’être interpellé à 6 heures du matin chez lui, devant sa femme et ses deux enfants endormis. En sortant de garde à vue, il découvre l’ampleur de la tempête médiatique. Le braquage Kardashian est l’affaire la plus médiatisée de l’année, il découvre que son prénom et son nom sont sortis partout. Il est innocenté par la police mais beaucoup d’articles en France et aux États-Unis continuent à le présenter comme coupable. Les journalistes font le pied de grue devant chez lui, certains parviennent à trouver les numéros de téléphone de ses proches.

Le courrier de la préfecture de Police refusant à Michael l'accès aux zones sécurisées de Roissy.
Le courrier de la préfecture de Police refusant à Michael l'accès aux zones sécurisées de Roissy.
Crédit : Document RTL
Le courrier de la préfecture de Police refusant à Michael l'accès aux zones sécurisées de Roissy.
Une note officieuse de police où Michael est présenté comme "auteur des faits de braquage".
Le courrier de la préfecture de Police refusant à Michael l'accès aux zones sécurisées de Roissy. Crédits : Document RTL
Une note officieuse de police où Michael est présenté comme "auteur des faits de braquage".
1/1

Les conséquences directes sur son travail

Michael est chauffeur VIP, il dirige même l’entreprise qu’il a fondée. En avril dernier, il doit - c’est la procédure habituelle - demander à renouveler son habilitation pour accéder à certaines zones sécurisées de Roissy, aux endroits où il récupère ses clients VIP. Pour la première fois, on lui refuse son habilitation et il découvre effaré que le préfet délégué pour la sécurité de Roissy refuse son habilitation à cause de l’affaire Kardashian, première surprise. Seconde surprise, il découvre pourquoi on lui refuse.

Sur un fichier de police qui le concerne, un fichier qui n’est pas un document officiel, il s’aperçoit qu’il est présenté comme auteur des faits de braquage alors qu’il a été totalement innocenté. Il est abasourdi et obligé de faire une réclamation pour récupérer son droit de travailler normalement, mais demeure choqué de s’apercevoir qu’il est toujours présenté à tort comme suspect.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/