1 min de lecture Faits divers

Bouches-du-Rhône : la soprano Monique Borelli tuée à coups de couteaux par son fils

VU DANS LA PRESSE - La soprano lyrique Monique Borelli est morte dans la nuit de mardi à mercredi 22 juilet. Une dispute familiale a éclaté et son fils l'aurait tuée de plusieurs coups de couteaux.

La rixe mortelle s'est déroulée vers 20h15 dimanche 25 octobre
La rixe mortelle s'est déroulée vers 20h15 dimanche 25 octobre Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Pierre
Pierre Jarnoux Journaliste

La soprano lyrique Monique Borelli a été tuée par son propre fils de 18 ans. Il l'aurait poignardée après une dispute familiale lundi 20 juillet. Elle est morte dans la nuit de mardi à mercredi des suites de ses blessures après avoir été admise en urgence absolue à l'hôpital Nord de Marseille.  

Le lundi soir, une dispute éclate au domicile familial près d'Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône. Le père et la mère, âgés respectivement de 60 et 59 ans reprochent à leur fils de leur voler de l'argent. Le jeune homme s'énerve, s'empare d'un couteau et frappe superficiellement son père. 

Il roue de coups de poings et de coups de pieds son père avant de se tourner vers sa mère et lui asséner plusieurs coups de couteaux dans la région du cœur. Malgré une opération, elle succombera de ses blessures. 

Monique Borelli était une soprano diplômée du conservatoire de Marseille. Elle était qualifiée de soprano colorature, c'est-à-dire une soprano léger, celle qui dispose de la voix la plus souple, et qui est capable de grande virtuosité. 

Une enquête ouverte

À lire aussi
faits divers
Aude : quatre personnes interpellées pour actes de barbarie et séquestration

Le suspect n'était pas connu des services de police d'après le parquet d'Aix-en-Provence. Une expertise psychiatrique doit être réalisée pour déterminer d'éventuels troubles mentaux.

Une information judiciaire a été ouverte mardi 21 juillet pour tentative d'assassinat sur son père et sa mère. Étant donné le décès de sa mère, les faits devraient être requalifiés par la suite. Le mis en cause doit passer devant le juge des libertés et de la détention avant un probable placement en détention provisoire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Justice Bouches-du-rhône
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants