1 min de lecture Faits divers

Bouches-du-Rhône : deux lionceaux abandonnés devant un parc animalier

Le 31 décembre, deux lionceaux ont été déposés devant l'entrée d'un parc animalier dans les Bouches-du-Rhône. Les félins pourraient provenir d'un trafic illégal. Une enquête à été ouverte.

Les deux lionceaux retrouvé devant le parc Roaar (Bouches-du-Rhône) le 31 décembre 2019
Les deux lionceaux retrouvé devant le parc Roaar (Bouches-du-Rhône) le 31 décembre 2019 Crédit : Association ROAAR // DR
Marie Gingault

Il est 7h du matin le 31 décembre lorsqu'un employé du parc ROAAR à Trets, dans les Bouches-du-Rhône, a la surprise de trouver devant le parc animalier, deux cages contenant deux lionceaux. Chacune de ces cages sont accompagnées d'une petite couverture, bleu pour le mâle et rose pour la femelle. 

Les deux félins, âgés entre quatre et cinq mois, ont été nommés Simba et Nala par la directrice de l'association, en référence au Roi Lion. Ils ne portaient pas de signes de maltraitance. Contactée par RTL, Sandrine Le Bris, présidente de l'association, confie que les lionceaux sont très proches de l'Homme : "Ils était très contents, dès qu'ils voyaient un humain ils sautaient à notre cou". 

Les deux jeunes félins devraient être placés par la suite dans un sanctuaire en Afrique du Sud. Ils ne devraient pas être remis en liberté car après avoir été élevés aux côtés des humains, il ne leur est pas possible de redevenir sauvages

Trafic illégal ?

La détention d'animaux sauvages est plus en plus fréquente et interroge sur un potentiel trafic illégal. "Des lionceaux comme ces deux-là coûtent plusieurs milliers d'euros. Cela nécessite aussi d'avoir beaucoup d'argent et de posséder des conditions de transactions assez compliquées pour passer en dessous des radars", s'inquiète Fabrice Karcenty, vice-procureur de la République au parquet d'Aix-en-Provence. 

À lire aussi
Les Galeries Lafayette le premier jour de la réouverture du magasin général de luxe après le confinement, le 30 mai 2020, à Paris. faits divers
Paris : trois hommes braquent un magasin de luxe, le butin s'élève à 350.000 euros

L'enquête ouverte devra déterminer si les félins proviennent d'un trafic illégal d'animaux sauvages ou non. Après avoir passé une semaine à Roaar, les lionceaux ont été confiés à l'association Tonga Terre d’accueil, un refuge pour animaux sauvages qui pourra mieux répondre à leurs besoins en attendant leur transfert en Afrique du Sud.

"Ce sont des enquêtes difficiles parce que les origines sont diverses. Est-ce que ces lionceaux sont nés en France, en Europe ou ailleurs? Ce sont des questions auxquelles les enquêteurs vont devoir répondre" à réagi le vice-procureur auprès de France 3

Les noms des deux lionceaux ont été changés pour respecter la lettre en vigueur pour 2020, le Y.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Animaux Bouches-du-rhône
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants