1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Bonbonnes de gaz à Paris : trois suspects renvoyés aux assises
1 min de lecture

Bonbonnes de gaz à Paris : trois suspects renvoyés aux assises

Les trois personnes sont suspectées d'avoir voulu faire exploser un immeuble du XVIe arrondissement de Paris en septembre 2017.

La salle des Assises d'un palais de justice (illustration).
La salle des Assises d'un palais de justice (illustration).
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
louis
Louis Chahuneau
Journaliste

"Une seule question aux accusés l'intéresse : Pourquoi ?", demande Maître Pascal Garbarini, avocat de l'habitant qui avait donné l'alerte à la bombe dans la nuit 29 au 30 septembre 2017, rue Chanez, dans le XVIe arrondissement de Paris.

Pour tenter de répondre à cette question, la justice a décidé de renvoyer aux assises les trois suspects, dont deux fichés Sde cette tentative d'attentat : Sami B, Aymen B, et Amine A.. Les deux premiers sont poursuivis pour "tentative d'assassinat" et "tentative de destruction par moyen dangereux pour les personnes" en relation avec une entreprise terroriste, et le troisième pour "complicité" de ces deux infractions, selon la source judiciaire. Les trois sont également renvoyés aux assises pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".


Dans la nuit 29 au 30 septembre 2017, un habitant d'un immeuble du XVIe arrondissement de Paris avait donné l'alerte après avoir découvert au rez-de-chaussée, entre 3h et 4h du matin, quatre bonbonnes de gaz surmontées d'un dispositif de mise à feu électrique par téléphone, autour desquelles avait été versée beaucoup d'essence. Pour une raison inconnue, la bombe n'avait jamais explosé, malgré trois appels censés déclencher le dispositif explosif. Deux jours plus tard, trois suspects étaient arrêtés, mis en examen et écroués pour "tentative d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste".

Pourquoi cet immeuble, se demandent encore les habitants trois ans après l'arrestation des suspects. "C'est la grande interrogation qui reste dans le dossier", soulignait une source proche après trois ans d'enquête. Deux des trois suspects ont interjeté appel de l'ordonnance de renvoi, selon une source judiciaire. Avocate de Sami B., Me Daphne Pugliese a rappelé que son client clame son innocence depuis le début de l'affaire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/