1 min de lecture Attentat en Isère

Attentat en Isère : enquête ouverte après la diffusion du selfie macabre

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "apologie d'acte de terrorisme", après la diffusion sur Twitter d'un selfie pris par Yassin Salhi avec la tête de sa victime décapitée le 26 juin dernier lors de l'attentat en Isère.

Des forces de police en charge de l'enquête et de la sécurisation d'Air Products ciblé par un attentat en Isère le 26 juin 2015
Des forces de police en charge de l'enquête et de la sécurisation d'Air Products ciblé par un attentat en Isère le 26 juin 2015
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

Une enquête pour "apologie d'acte de terrorisme" a été ouverte par le parquet de Paris ce samedi. Le parquet a également retenu les chefs de "provocation à la commission d'acte de terrorisme" et d'"association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". 

C'est la diffusion du selfie macabre pris par Yassin Salhi sur les lieux de l'attentat en Isère perpétré le 26 juin dernier sur un site gazier à Saint-Quentin-Fallavier. La photo envoyée en Syrie a été diffusée sur un compte Twitter, présenté comme proche du groupe État Islamique. L'image représente Yassin Salhi avec la tête de sa victime décapitée.

Yassin Salhi a été interpellé après avoir attaqué, le 26 juin, le site gazier et assassiné son patron, Hervé Cornara. Il est soupçonné d'avoir décapité ce dernier, puis de s'être pris en photo avec la tête, accrochée ensuite à l'une des grilles de l'usine. C'est ce cliché qu'auraient posté des membres du groupe terroriste sur un compte qui pourrait être apparenté à Daech. Le compte a depuis été suspendu par Twitter et n'est plus accessible

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat en Isère Justice Selfie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants