2 min de lecture Attentats en France

Attentat déjoué à Villejuif : Sid Ahmed Ghlam aurait visé le Sacré-Coeur

Le principal suspect dans le projet d'attentat à Villejuif aurait évoqué dans des conversations d'autres cibles potentielles, rapporte "Le Figaro".

Des immeubles à Paris (illustration)
Des immeubles à Paris (illustration) Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Valentin Chatelier
Journaliste RTL

Sid Ahmed Ghlam est déjà soupçonné d'avoir préparé la réalisation d'un attentat prévu le dimanche 19 avril dans une église de Villejuif et d'avoir tué une mère de famille de 32 ans dans la même ville. D'autres éléments pourraient jouer en sa défaveur, rapporte Le Figaro, qui a pu consulter des extraits de la mémoire des ordinateurs du suspect, accompagnés par d'autres éléments retrouvés pendant la perquisition de sa voiture et de sa chambre d'étudiant. L'homme a été arrêté en avril dernier après s'être tiré une balle dans le pied, selon ses dernières déclarations aux enquêteurs.

Église, train bondé... Les cibles du suspect

Dans les extraits de conversations rapporté par Le Figaro, les cibles du suspect semblent claires. L'étudiant projetait un attentat retentissant et symbolique, tout d'abord dans un symbole de la religion chrétienne. "Pour l'église, j'ai cherché, et en Île-de-France, c'est difficile pour repartir. Tu peux voir sur Google Map, les bonnes églises ou paroisses sont tout près d'un commissariat ou gendarmerie", aurait expliqué Sid Ahmed Ghlam à un possible complice, dans un français hésitant. Une attaque qui, selon lui, aurait été difficile. "Et l'église ça prend du temps pour les tuer", aurait-il dit.

S'ils me reconnaissent j'aurais au moins la possibilité de faire une autre opération

Sid Ahmed Ghlam
Partager la citation

Si l'attentat avait lieu, l'homme n'aurait pas décidé de s'arrêter là s'il était reconnu. "Si l'opération se passe bien inch Allah, je m'apprête à partir chez la sœur que je voulais me marier (sic) pour se cacher au moins deux jours pour voir s'ils m'ont reconnu ou s'ils me cherchent [...] inch Allah parce que s'ils me reconnaissent j'aurais au moins la possibilité de faire une autre opération", a expliqué le suspect. Une opération tournée vers un train bondé, pour faire "au moins 150" victimes.

Un suspect largement aidé de l'extérieur

Mais l'étudiant ne semble pas être seul dans ces projets. Un complice, qui pourrait être retranché en Syrie ou en Irak, l'aurait aidé dans ses projets. "Essaie de trouver une église avec du monde et aussi regarde pour que tu puisses repartir rapidement et facilement", aurait-il écrit. Le suspect comptant visiblement sur lui, il lui aurait demandé à plusieurs reprises des armes, des chargeurs, ou encore une voiture.

À lire aussi
Éric Ciotti sur RTL Attentats à Paris
Attaque à la préfecture : le tueur "n'aurait pas dû se trouver là", dit Ciotti sur RTL

Sid Ahmed Ghlam parlerait par ailleurs d'autres rencontres pour préparer ses attentats, évoquant un "frère" qui ne lui aurait pas donné de nouvelles alors qu'ils avaient prévu un rendez-vous "depuis déjà une semaine". Le suspect et son complice auraient également parlé du possible "montage d'une vidéo de propagande" pour aider l'État Islamique. D'autres cibles étaient prévues, comme "l'église du Sacré-Cœur".

Mis en examen et écroué depuis le 24 avril, il a été auditionné pour la première fois vendredi 19 juin par un juge d'instruction du pôle antiterroriste de Paris. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en France Attentats Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants