1 min de lecture Faits divers

Mis en examen, Sid Ahmed Ghlam nie toute implication

Le jeune homme nie en bloc les faits qui lui sont reprochés : la préparation d'un attentat en région parisienne et le meurtre d'une jeune femme.

Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'avoir tué Aurélie Châtelain
Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'avoir tué Aurélie Châtelain Crédit : Capture d'écran iTélé
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Sid Ahmed Ghlam, mis en examen ce vendredi 24 avril pour un projet d'attentat au nom de l'islam contre au moins une église et pour l'assassinat d'une femme à Villejuif (Val-de-Marne), "a contesté vigoureusement tous les faits qui lui sont reprochés", a déclaré à la presse un de ses avocats, Me Matthieu de Vallois.

"Il est tout à fait serein et nous attendons nous aussi sereinement le débat devant le juge des libertés", a ajouté un autre de ses avocats, Me Gilles-Jean Portejoie. Ce débat, attendu dans la soirée, qui doit statuer sur l'éventuel placement en détention provisoire du jeune algérien, requis par le parquet.

"On attend surtout que la procédure évolue, que l'information bouge et elle pourrait nous réserver des surprises", a poursuivi le défenseur. 

Peu bavard face aux policiers

Face aux enquêteurs, "monsieur Ghlam était peu disert mais il s'est exprimé sur certains points et il s'exprimera sur d'autres quand il sera entendu par le juge d'instruction vraisemblablement dans le courant du mois de juin", a relaté Me Christian Benoit, le troisième de ses conseils

À lire aussi
justice
Attentats de janvier 2015 : les juges n'ont pas "cédé à la pression", selon Me Pugliese

Sid Ahmed Ghlam "va a peu près bien", selon Me de Vallois. "Le médecin déterminera dans quelle mesure il peut quitter l'Hôtel Dieu", où il est soigné depuis dimanche pour une blessure par balle dans la jambe.

Mis en examen et en détention provisoire

Présenté vendredi à des juges antiterroristes parisiens après cinq jours de garde à vue, Sid Ahmed Ghlam a été mis en examen et en détention provisoire pour "assassinat et tentatives d'assassinats", pour "association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes d'atteinte aux personnes", et pour diverses autres infractions, le tout en relation avec une entreprise terroriste, a annoncé à l'AFP une source proche du dossier.

Cet Algérien de 24 ans avait lui-même provoqué son interpellation dimanche, après avoir été blessé dans des circonstances encore inexpliquées.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Faits divers Terrorisme Attentats en France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants