1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Attentat de Strasbourg : trois hommes mis en examen pour avoir fourni l'arme
1 min de lecture

Attentat de Strasbourg : trois hommes mis en examen pour avoir fourni l'arme

Arrêtées en début de semaine, ses personnes ont été mises en examen vendredi 1er février pour "détention et cession d'arme de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise terroriste".

Cherif Chekatt est le principal suspect de l'attentat à Strasbourg du 11 décembre 2018
Cherif Chekatt est le principal suspect de l'attentat à Strasbourg du 11 décembre 2018
Crédit : Handout / FRENCH POLICE / AFP
Ryad Ouslimani & AFP

L'enquête continue concernant l'attentat de Strasbourg, perpétré le 11 décembre dernier, et qui a fait cinq morts. Elle concerne les soutiens logistiques dont a pu bénéficier l'auteur, Chérif Chekatt. Mardi 29 janvier, cinq personnes ont été arrêtées en Alsace, avant d'être transférées vers Paris jeudi. 

Elles étaient soupçonnées d'avoir fourni l'arme utilisée lors de l'attaque aux abords du marché de Noël. Vendredi, une source judiciaire indiquait que trois hommes d'une même famille avaient été mis en examen et placés en détention provisoire. 

Ces trois suspects, âgés de 32, 34 et 78 ans, ont été mis en examen par un juge d'instruction à Paris pour "détention et cession d'arme de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise terroriste", ainsi que pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", selon cette source. 

L'arme fournie quelques jours avant l'attaque

Ils avaient été interpellés mardi en même temps que deux autres membres de cette famille qui ont, eux, vu leur garde à vue levée mercredi soir sans faire l'objet de poursuites. 
 
Jeudi, les trois suspects avaient été transférés de Strasbourg vers les locaux des services antiterroristes à Levallois-Perret, près de Paris. Le 17 décembre, un autre homme, un proche du tueur âgé de 37 ans, avait aussi été mis en examen pour les mêmes chefs et écroué. 

À lire aussi

Les policiers de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) pensent que Chérif Chekatt s'était procuré l'arme à feu - un revolver d'ordonnance de calibre 8 mm datant de la fin du XIXe siècle - quelques jours avant son passage à l'acte

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/