1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Assassinat de Samuel Paty : un an après, que sont devenus les adolescents mis en cause ?
2 min de lecture

Assassinat de Samuel Paty : un an après, que sont devenus les adolescents mis en cause ?

ENQUÊTE RTL - Les adolescents ne sont pas incarcérés mais restent poursuivis. Ils ont dû s'éloigner de leur ancien établissement.

De nombreux hommages ont été rendus à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020
De nombreux hommages ont été rendus à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Samuel Paty : que sont devenus les adolescents mis en cause
02:55
Samuel Paty : que sont devenus les adolescents mis en cause
02:55
Thomas Prouteau - édité par William Vuillez

Il y an, l'enseignant Samuel Paty était décapité. Six mineurs d'à peine 15 ans avaient très vite été interpellés. L'une a menti sur le cours sur la liberté d'expression à l'origine du drame, les autres ont désigné Samuel Paty au terroriste contre de l'argent. Plusieurs sont poursuivis pour complicité et risquent 20 ans de prison.

Ces adolescents ne sont pas incarcérés, mais ont été placés sous contrôle judiciaire strict. Deux fois par mois, ils sont évalués par un éducateur et ils ont l'interdiction totale d'entrer en contact même par les réseaux. Du coup, ils ont déménagé, souvent dans de la famille proche, loin des Yvelines. 

La collégienne qui avait menti n'a pas le droit de voir son père, incarcéré pour ses vidéos qui dénonçait Samuel Paty. Selon nos informations, tous ont respecté leurs obligations et la plupart sont passés dans la classe supérieure. L'un d'eux vise même une école d'ingénieur. "C'est dur", disent-ils, "mais on ne va pas se plaindre", résume un de leurs avocats.

Culpabilité, honte et regrets

Alors, comment vivent-ils leur implication dans l'assassinat de Samuel Paty ? Culpabilité, honte, regrets, et parfois larmes... Jacky Attias est l'avocat du jeune homme le plus impliqué, celui à qui le meurtrier a remis l'argent pour désigner l'enseignant. "Il a une très grande souffrance intérieure. Ce qui l'obsède, c'est la famille qui a été brisée", nous dit-il. Le collégien a vu le cadavre de Samuel Paty, des images qui le hantent encore.

À lire aussi

Lors des auditions, les collégiens admettent leur rôle mais affirment qu'ils n'avaient aucune idée des intentions criminelles du terroriste. C'était "juste pour l'argent", dit l'un d'eux. Tout l'enjeu sera de savoir si la complicité est retenue et si certains iront en prison à l'issue de l'enquête d'ici au moins deux ans. Au détour d'un procès-verbal d'interrogatoires, il y a parfois ces réponse confondantes. "Vous vous rappelez tout de même des attentats du 13 novembre 2015 à Paris ?", est-il demandé. "Non", répond un collégien. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/