3 min de lecture Alexandre Benalla

Alexandre Benalla, de la sécurité au PS jusqu'au bus des Bleus

PORTRAIT - L'adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron a été filmé en train de frapper un manifestant le 1er mai dernier, avec un casque et un brassard de policier. Une enquête préliminaire a été ouverte.

Alexandre Benalla s'occupe de la sécurité d'Emmanuel Macron au salon de l'Agriculture en mars 2017
Alexandre Benalla s'occupe de la sécurité d'Emmanuel Macron au salon de l'Agriculture en mars 2017 Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

D'homme de l'ombre il est passé à la lumière en une seule vidéo compromettante. Alexandre Benalla était inconnu jusqu'ici, du moins du grand public, car selon Le Monde, son nom apparaît souvent dans les "MacronLeaks". Alexandre Benalla a été vu plusieurs fois aux côtés du chef de l'État. Par exemple au salon de l'Agriculture quand ce dernier était encore candidat à la présidence de la République. 

C'est le quotidien national qui a rendu célèbre cet adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron le 19 juillet en révélant dans une vidéo qu'il était présent lors des manifestations du 1er mai, aux côtés des forces de l'ordre, et qu'il est intervenu en s'en prenant à un manifestant avec casque et brassard de police. 

Alexandre Benalla est titulaire d'un master de droit, selon Le Monde. Âgé d'une trentaine d'années, il semble avoir un attrait particulier pour tout ce qui touche à l'univers de la sécurité. 

Affaire Benalla : la sanction infligée au collaborateur de l’Élysée est-elle suffisante ?
Nombre de votes : 6934 *Sondage à valeur non scientifique

Écarté par Montebourg après une "faute d’une première gravité"

Avant d'arriver à l'Élysée, il a fait ses armes au Parti socialiste, notamment pour la sécurité de Martine Aubry. C'est Éric Plumer, ancien responsable du service d’ordre national du Parti socialiste, qui le raconte au Monde

À lire aussi
Alexandre Benalla et Alexis Corbière Alexandre Benalla
VIDÉO - Alexandre Benalla invite Alexis Corbière à faire du MMA

En 2011, alors que le futur protecteur du chef de l'État a "20 ans à peine", il s'occupe de la sécurité d'artistes avant que le PS ne lui fasse confiance. "Nous sommes en pleines primaires socialistes, je le charge de la protection de Martine Aubry", se souvient-il avant d'ajouter qu'il rejoindra ensuite le service d'ordre de François Hollande pour la campagne de 2012.

Il est ensuite en charge de la sécurité d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, mais l'expérience va tourner court. L'ancien politique converti dans l'apiculture se confie au quotidien : "Je m’en suis séparé au bout d’une semaine après une faute professionnelle d’une première gravité : il avait provoqué un accident de voiture en ma présence et voulait prendre la fuite".

Responsable de la sécurité du candidat Macron

 En 2015, il aurait brièvement travaillé au Maroc dans une entreprise de sécurité privée. Puis, il est admis dans une session "jeunes" de l’Institut des hautes études de la sécurité et de la justice (IHESJ). Un an et demi plus tard, il rejoint la campagne d'Emmanuel Macron, qui a alors décidé de se lancer après avoir quitter son ministère de l'Économie en bateau.

Pendant la course à la présidence de la République, il créé une Fédération française de la sécurité privée avec Vincent Crase, un prestataire du service de sécurité de la campagne selon les "MacronLeaks", citées par Le Monde

Tous les deux auraient passé une commande pour des pistolets lanceurs de balles en caoutchouc, un flash-ball et des boucliers anti-émeutes. Refus du trésorier de la campagne, qui, cité par Le Monde, aurait répondu : "Je n’ai jamais entendu dire que les partis politiques avaient des vigiles armés, je trouve même ça dangereux". Puis, Alexandre Benalla devient adjoint au chef de cabinet de Macron quand ce dernier vainc Marine Le Pen au deuxième tour en 2017.

Se charge de la sécurité dans le bus des Bleus

Les faits qu'on lui reproche sont déjà connus des hautes instances de l'État et ont déjà été réprimandés d'une mise à pieds de quinze jours, selon Bruno Roger-Petit, porte-parole de l'Élysée. Il a aussi été muté à des tâches administratives plutôt que sur des questions de sécurité, mais toujours au sein du cabinet de Macron.

Une enquête préliminaire a depuis été ouverte pour violences par personne chargée d'une mission de service public et usurpation de fonctions.

Deux mois plus tard, il est toujours là et assure même la sécurité lors de la descente des Champs-Élysées avec les champions du monde lundi 16 juillet après la victoire en Russie, affirme BFM TV après confirmation de l'Élysée.

>
Affaire Alexandre Benalla : un collaborateur de Macron filmé en train de frapper un manifestant Durée : |
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alexandre Benalla Faits divers Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants