2 min de lecture Révélations

Alexandre Balkany, fils de Patrick et Isabelle, a-t-il couvert ses parents ?

Les juges le soupçonneraient d'avoir signé "deux contrats de bail fictifs" pour dissimuler le statut de propriétaires de ses parents concernant leur riad de Marrakech, selon "Mediapart".

Isabelle et Patrick Balkany, le 16 mars 2014 à Levallois-Perret
Isabelle et Patrick Balkany, le 16 mars 2014 à Levallois-Perret Crédit : SIPA
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Une histoire de famille. Le site Mediapart affirme avoir découvert les raisons pour lesquelles Alexandre Balkany, 36 ans, a été mis en examen au mois de mai dernier. Celui-ci aurait présenté aux enquêteurs des "contrats de bail fictif", dans le cadre de l'enquête sur le riad de Marrakech qui place, une nouvelle fois, ses parents dans le viseur de la justice. Mais il y a un "mais" : les juges auraient conclu, selon le site d'investigation, que les documents de location ne suffisaient pas, "ces opérations (de location, ndlr) n’ayant d’autres fins que de permettre à Patrick et Isabelle Balkany […] de dissimuler le fait qu’ils en sont les véritables propriétaires".

Lesdits documents corroboraient pourtant la thèse, également soutenue par le couple Balkany, selon laquelle Alexandre aurait loué le majestueux riad en son nom propre. Interrogé par les juges anticorruption, il leur aurait affirmé que ses parents, "sortes d'invités permanents" comme les définit Mediapart, n'étaient pas les propriétaires masqués du désormais célèbre logement secondaire. Sauf que certains détails décrédibiliseraient cette thèse.

"J'en tombe de ma chaise"

Alexandre Balkany aurait prétendu avoir loué lui-même la villa à l’année, "auprès d’une banale SCI marocaine" nommée "Dar Gyugy". La présence régulière de Patrick et Isabelle Balkany ? Rien de plus qu'une "contribution à la famille", reprend Mediapart. Pour preuve de sa bonne foi, le trentenaire avait donc livré à la justice" deux contrats de location signés en son nom avec la SCI", l'un "signé en mars 2011, valable trois ans" et l'autre établi en avril 2014, expliquent les deux journalistes de Mediapart qui signent l'enquête.

Mediapart affirme avoir consulté l'arrêt de la chambre de l’instruction faisant état des "incohérences plombant la version d’Alexandre Balkany". Entendu par les enquêteurs dès 2015, le "fils de" soutient qu'il "a introduit ses parents dans le riad en 2011, voire fin 2010". Mais Mediapart met au jour une incohérence : "dès juillet 2009, Isabelle achetait pour 41.000 euros de canapés et de fauteuils livrés directement à la villa"

À lire aussi
François de Rugy en viste à Niort le 11 juillet 2019 gouvernement
François de Rugy : l'enquête du gouvernement confirme sa version

À cette époque, la SCI Dar Gyucy ne possédait même pas encore le riad, selon Mediapart. "Quand le juge Renaud Van Ruymbeke lui demande s’il n’est pas surpris d’apprendre que sa mère a même chiné des meubles en compagnie du vendeur marocain, un certain Mohamed B., Alexandre Balkany déclare : 'J’en tombe de ma chaise.'",  narre Mediapart.

De surprises en surprises

Le fils Balkany aurait également exprimé une grande surprise en apprenant que la villa "était détenue par une société panaméenne dont l’ayant droit économique n’est autre que Jean-Pierre Aubry, le bras droit historique de son père à Levallois-Perret, fidèle parmi les fidèles". Mediapart souligne par ailleurs que "le nom de cette SCI correspond aux premières lettres du prénom de son propre fils (Gyula) et aux dernières lettres du prénom de sa nièce (Lucie)", petits-enfants de Patrick et Isabelle. Une histoire de famille.

Le site affirme par ailleurs que le business d'Alexandre Balkany, entrepreneur "rodé à un certain luxe", n'est plus vraiment au beau fixe. Le média révèle que ce dernier "a longtemps surfé sur le boom des jeux de poker en ligne" et se trouverait "en pleine dégringolade financière", désormais "interdit bancaire en France".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Révélations Isabelle Balkany Patrick Balkany
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants