1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Ce que Nordahl Lelandais a raconté aux experts psychiatriques
2 min de lecture

Ce que Nordahl Lelandais a raconté aux experts psychiatriques

DOCUMENT RTL - Après avoir nié les faits pendant des mois, Nordahl Lelandais a finalement reconnu les meurtres de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer. Les experts psychiatriques assurent que l'ancien militaire n'a aucune psychose.

La maison de la mère de Nordahl Lelandais
La maison de la mère de Nordahl Lelandais
Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA
RTL Soir du 01 juin 2018
01:01:30
Frédéric Perruche

Devant les psychiatres, Nordahl Lelandais s'est exprimé à deux reprises. Une première fois en mars avant un second acte au milieu du mois d'avril. RTL s'est procuré en exclusivité le rapport des experts psychiatres. "J'étais comme spectateur, une deuxième personne était en moi", a notamment expliqué l'ancien militaire de 35 ans, qui a reconnu les meurtres de Maëlys et d'Arthur Noyer.

La première fois, l'ancien maître-chien est resté très évasif. Succinct même. Il ne répondra à aucune question, tout juste ce jour-là, regrettera-t-il les faits qui lui sont reprochés. "J'ai tué Maëlys, cette pauvre enfant qui n'avait rien demandé. C'était comme dans un jeu vidéo. Ça peut pas être un mec normal qui a fait un truc pareil. Moi j'adore les enfants et les animaux", lançait-il. 

Le 13 avril, Nordahl Lelandais est plus bavard. Il indique d'abord avoir beaucoup bu lors du mariage, le soir du drame. Une quinzaine de verres, selon ses dires. Du vin, de la bière, du punch... Pour lui, c'est une consommation habituelle en soirée à laquelle s'ajoute, peut-être, de la cocaïne. 

Tout d'un coup, je suis sorti de mon corps, j'étais comme spectateur

Nordahl Lelandais

Il assure alors être parti en voiture avec Maëlys. À ce moment précis, face aux experts, il éclate en sanglots. Il raconte la panique de la fillette puis le coup de poing. "Tout d'un coup, je suis sorti de mon corps. J'étais comme spectateur. Comme si j'étais à côté de la voiture, comme un fantôme qui vole à côté d'elle", développe-t-il. Et de poursuivre encore : "J'entendais des voix mais je ne veux pas en parler. Je ne veux pas qu'on dise que je suis fou. Puis j'ai déposé Maëlys dans l'herbe. Je ne savais pas quoi faire, je voulais que la deuxième personne qui est en moi parte".

Aucune psychose

À écouter aussi

Un meurtre que le suspect lie directement à celui d'Arthur Noyer. Il explique que le militaire de 24 ans qu'il avait pris en stop plus tôt dans la soirée était ivre, très en colère. Après avoir reçu des coups, Nordahl Lelandais assure avoir répliqué avant de le laisser pour mort au bord de la route en pleine montagne.

"Dans quel état psychique étiez-vous ?", demande alors un psychiatre. "Comme pour Maëlys, ce n'était pas moi", répond-il. Avant de revenir de lui-même sur le meurtre de la fillette : "C'est comme si Arthur Noyer était revenu quand j'ai tapé Maëlys".

S'il assure vouloir être "libéré de cette personne méchante en lui", les conclusions des experts psychiatriques est sans appel : Nordahl Lelandais ne présente aucune psychose. Aucun trouble psychique au moment des faits, pas d'abolition ou même d'altération du discernement. Sa dangerosité criminologique est extrême.

La rédaction vous recommande

 

À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/