2 min de lecture People

Braquage de Kim Kardashian : une quinzaine de personnes interpellées

INFO RTL - Trois mois après le braquage, la police a procédé à un vaste coup de filet.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
En octobre dernier à Paris, Kim Kardashian a apparemment été victime du grand banditisme Crédit Image : MATT WINKELMEYER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : Olivier Boy | Durée : | Date : La page de l'émission
Olivier Boy
Olivier Boy et La rédaction numérique de RTL

Trois mois après le braquage de Kim Kardashian, l’enquête est sur le point d'aboutir. Une quinzaine d’interpellations ont eu lieu très tôt ce lundi 9 janvier, en France : au Raincy (Seine-Saint-Denis), Vincennes, Rouen (Seine-Maritime), Grasse (Alpes-Maritimes). À 6 heures du matin, précisément, les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme (BRB) ont lancé cette opération très délicate. Les auteurs directs présumés de l’attaque figurent parmi les personnes arrêtées.

La plupart des suspect interpellés ce lundi matin sont de vielles connaissances des services d'enquête de la police judiciaire. Le plus âgé d'entre eux a 73 ans, il est issu de la communauté des gens du voyage et a déjà été condamné, pour braquages notamment. Les principaux protagonistes ont tous plus de 55 ans, avec de beaux "palmarès", entre braquages, trafics de fausse monnaie et trafics de stupéfiants. Il semble qu'une association de compétences se soit formée pour ce coup spectaculaire, entre des suspects issus de la communauté des gens du voyage et quelques figures du banditisme de banlieue parisienne

Une enquête menée jusqu'en Belgique

Ces arrestations correspondent bien à l'impression de "travail de pros" qu'avait laissé ce braquage : un coup très bien renseigné, très bien monté et mené avec beaucoup de sang froid. Le 3 octobre dernier, il est 2h30 du matin dans cette petite rue du VIIIe arrondissement de Paris lorsque cinq hommes armés font irruption dans l'hôtel particulier où séjourne la starlette américaine. Déguisés en policiers, ils menottent d'abord le gardien et montent ensuite au premier étage, dans la chambre de Kim Kardashian qui est en train de dormir. La starlette de télé-réalité est ligotée et les voyous repartent avec les 9 millions d'euros de bijoux et notamment sa bague de fiançailles à 4 millions d'euros.

Le détail incroyable de cette histoire est que les malfrats repartent tous, le plus tranquillement du monde, à pieds ou à vélo. Mais même les braqueurs les plus aguerris font des erreurs : l'un des 5 hommes a laissé sans le savoir une trace ADN. Vu son palmarès, les policiers l'identifient. Cela va permettre entre autres aux policiers de la BRB de la PJ parisienne de faire tomber l'équipe, après 3 mois d'une enquête rapide qui est allée jusqu'en Belgique, puisque des traces des bijoux de Kim Kardashian ont été retrouvés chez quelques diamantaires véreux en Belgique.

Retour remarqué de Kim Kardashian

À lire aussi
Île-de-France
Les infos de 6h30 - Meurtre de Marjorie : le suspect âgé de 14 ans a été incarcéré

Ce coup de filet intervient quelques jours après la rupture du silence que Kim Kardashian observait depuis son agression. Mardi 3 janvier, la célébrité a fait son grand retour sur les réseaux sociaux, en mettant en avant une photo de son époux Kanye West et de ses deux enfants. Elle s'est dans la foulée livrée pour la première fois sur ce braquage dans son émission de téléréalité, L'Incroyable famille Kardashian. "Ils allaient me tirer dans le dos. Il n'y avait pas moyen de sortir, ça m'a tellement bouleversé rien que d'y penser", raconte-t-elle, en pleurs, dans la bande-annonce de ce show qui met sa vie en scène depuis 2007.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
People Kim Kardashian Faits divers
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants