2 min de lecture Justice

Affaire Grégory : les trois gardes à vue prolongées

Trois membres de la famille Villemin ont été placés en garde à vue, mercredi 14 juin, près de 33 ans après le meurtre du petit Grégory.

>
Affaire Grégory : qui sont les protagonistes ? Crédit Image : FREDERICK FLORIN / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
Eleanor Douet
Eléanor Douet
et AFP

La garde à vue de trois membres de la famille Villemin, interpellés mercredi 14 juin dans les Vosges dans le cadre de l'affaire Grégory, ont été prolongées jeudi matin, a-t-on appris de sources concordantes. Marcel Jacob, oncle maternel de Jean-Marie Villemin (le père du garçon tué en 1984), sa femme Jacqueline ainsi qu'une belle-sœur du père, Ginette Villemin, ont été arrêtés mercredi matin par les gendarmes de la section de recherches de Dijon, avant d'être transférés dans la capitale bourguignonne pour y être interrogés.

Ces interpellations relancent une affaire des plus énigmatiques de l'histoire criminelle depuis la découverte du cadavre de Grégory Villemin, quatre ans, au soir du 16 octobre 1984, pieds et poings liés dans les eaux froides de la Vologne. De source proche du dossier, les enquêteurs devaient "entrer dans le dur" jeudi, après avoir mis en place les auditions la veille. Des perquisitions ont eu lieu chez les suspects.

Jean-Jacques Bosc, procureur général de la cour d'appel de Dijon, dont la chambre de l'instruction est chargée du dossier, a confirmé que les personnes interrogées "étaient toujours en garde à vue". Il devrait tenir une conférence de presse dans l'après-midi. "C'est un pas de géant sur le chemin de la vérité", s'était félicité mercredi soir l'avocat des époux Villemin, Me Thierry Moser, se disant "très confiant du succès des investigations".

Les grands-parents du petit garçon, Monique et Albert Villemin, ont pour leur part été entendus en audition libre mercredi à leur domicile dans les Vosges. Jean-Marie Villemin, le père, a lui été reçu par le juge d'instruction ce jeudi afin d'évoquer le dossier. 

12.000 pièces dans le dossier

À lire aussi
Dans l'Ain, de nombreux bébés sont nés avec des malformations justice
Ain : enquête ouverte sur un bébé né avec un bras malformé

L'enquête, plusieurs fois relancée, avait d'abord soupçonné Bernard Laroche, finalement remis en liberté le 4 février 1985. Convaincu de sa culpabilité, Jean-Marie Villemin l'avait abattu d'un coup de fusil de chasse. Il avait été condamné pour ce meurtre à 4 ans de prison en 1993. En juillet 1985, le juge Jean-Michel Lambert opérait un spectaculaire revirement, portant ses soupçons vers la mère de Grégory, Christine Villemin, qui sera innocentée en 1993 au terme d'un non-lieu retentissant.

Au cours des investigations, les enquêteurs se sont notamment penchés sur un mystérieux "corbeau" ayant revendiqué le meurtre en invoquant une "vengeance", en particulier dans une lettre postée apparemment avant la découverte du corps.

Le dossier, qui comporte 12.000 pièces, a été rouvert en 1999, puis en 2008, pour tenter de confondre d'hypothétiques traces d'ADN sur les scellés. Depuis, 400 prélèvements ont été effectués, une centaine de témoins ont été interrogés et près de 2.000 courriers anonymes ont été analysés en détail.

Les différents rebondissements de l'affaire Grégory
Les différents rebondissements de l'affaire Grégory Crédit : VINCENT LEFAI, SABRINA BLANCHARD, THOMAS SAINT-CRICQ / AFP
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Société Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants