1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Yvelines : le poseur de fausse bombe à Vélizy 2 écope de 18 mois de prison
2 min de lecture

Yvelines : le poseur de fausse bombe à Vélizy 2 écope de 18 mois de prison

Le 22 février, un homme avait fait passer une cocotte-minute pour une bombe dans le centre commercial de Vélizy 2, dans les Yvelines.

Le centre commercial Vélizy 2, le 11 janvier 2012
Le centre commercial Vélizy 2, le 11 janvier 2012
Crédit : DURAND FLORENCE/SIPA
Félix Roudaut & AFP

Son geste avait semé la panique dans un centre commercial et fait la une des médias. Un quinquagénaire a été condamné à deux ans d'emprisonnements, dont six mois avec sursis, pour avoir déposé une cocotte-minute entourée de scotch sur le parking de Vélizy 2 (Yvelines). Vendredi 31 mars, le procureur avait réclamé la peine maximale encourue, soit deux ans de prison et 30.000 euros d'amende. 

Le visage contrit, ce gardien d'immeuble a concédé à la barre "avoir fait un acte pas très réfléchi". Et pour cause, le 22 février, le prévenu avait fait passer ladite cocotte-minute pour un engin explosif. L'homme avait montré une photo prise avec son smartphone du mystérieux ustensile à l'accueil du centre, selon lui déposé par deux personnes descendues de leur camionnette.

Aussitôt l'information transmise, 300 pompiers sont dépêchés sur place, mais aussi des démineurs et du personnel du Samu. Des centaines de badauds sont quant à eux évacués. Autant dire que le plaisantin a créé un véritable chaos. Mais après vérification, la cocotte-minute s'est avérée inoffensive

Comment avez-vous osé ?

Avocate de l'accusation

Devant les juges, le gardien parle d'"une idée idiote" et non préméditée. Il a cependant reconnu que le dispositif permettant à la cocotte de faire "bip", comme dans les films, était bel et bien voué à faire de son récipient une bombe convaincante. Le but du stratagème ? Assister à une opération de police. Car le quinquagénaire reconnaît une fascination pour les policiers, ceux d'élite du Raid en tête, pour preuve de la littérature sur "les coulisses du 13 novembre" retrouvée sur son lieu de travail.

Plutôt que d'attrait pour la police, la procureur a préféré évoquer une "fascination du pire". "Comment avez-vous osé ?", a fustigé la représentante de l'accusation, Corinne Moreau. Après une plaidoirie de la défense qui s'est attachée à exclure tout intérêt pour le terrorisme, l'homme à la cocotte a pris la parole en dernier, comme la loi le permet.  "Je regrette vraiment ce qui s'est passé, je suis en train de tout perdre", a-t-il lâché. Son épouse a par ailleurs engagé une procédure de divorce.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.