3 min de lecture Isère

121 antennes-relais de téléphonie dégradées en France depuis mars 2020

REPORTAGE - La défiance des Français face aux installations de télécoms a conduit à de nombreux incidents, notamment dans plusieurs villes iséroises.

Yves Calvi_ 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
121 antennes-relais de téléphonie dégradées en France depuis mars 2020 Crédit Image : Valentino Belloni / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Gautier Delhon-Bugard édité par Florine Boukhelifa

Un chiffre en nette augmentation par rapport aux années précédentes. 121 antennes-relais de téléphonie ont été dégradées depuis le mois de mars à travers le pays. La défiance à l'égard des installations de télécommunications prend de plus en plus d'ampleur et les attaques se multiplient. Dans la ville de Jarrie, en Isère, par exemple, le local technique de l'antenne-relais a été incendié à deux reprises en un an.

"Je condamne toujours ces actes. On a le droit de s'exprimer dans notre pays, mais on peut le faire autrement qu'en brûlant des antennes-relais", fustige le maire de la commune iséroise, Raphaël Guerrero. Afin d'éviter toute nouvelle intrusion, la sécurité a été renforcée avec une clôture barbelée qui surmonte le grillage initial. Malgré tout, deux autres pylônes ont été à leur tour incendiés dans le secteur, perturbant aussi la réception de plusieurs stations de radios dont RTL.

Les opérateurs condamnent également ces actes. "Vous vous retrouvez avec des centaines, des milliers de gens qui n'ont plus accès à Internet via leur mobile, qui ne peuvent plus communiquer. Il faut des jours, des semaines pour réparer. Il est absolument anormal et scandaleux de prendre les gens en otage et de leur couper les services dont ils ont absolument besoin", explique Nicolas Guérin, président de la Fédération Française des Télécoms. Les entreprises tentent de protéger au mieux les antennes. Difficile cependant d'assurer la surveillance autour des 55.000 sites à travers le pays.

Des collectifs citoyens contre les antennes-relais

Ces dégradations s'inscrivent dans un mouvement global de protestation. Dans les villes et villages, de plus en plus de citoyens se mobilisent contre l'implantation des antennes-relais. À Têche, situé à quarante-cinq minutes de Grenoble, l'opérateur Free a installé une antenne 4G et un projet de 5G est également en cours. Depuis des mois, un collectif d'une centaine d'habitants s'oppose à cette antenne, avec à sa tête Denis Falque, l'ancien maire de ce bourg de 600 âmes. 

À lire aussi
faits divers
Isère : deux incendies revendiqués par l'ultra-gauche anti-technologie

"Une antenne comme ça c'est une dévaluation du bien foncier qui peut aller jusqu'à 30%", regrette l'élu. "On n’est pas contre le progrès, mais je pense qu'il y avait d'autres moyens de mettre cette antenne ailleurs. C'est aussi la proximité du village et de l'école qui pose problème". Les opposants à l'antenne-relais s'inquiètent également des effets des ondes sur la santé : "Il y a des personnes qui sont sensibles aux ondes millimétriques et développent des migraines, des nausées, des vomissements, le corps fonctionne beaucoup mieux sans les ondes", poursuit Denis Falque.

L’OMS classe les rayonnements électromagnétiques parmi les cancérigènes possibles. Cependant, les opérateurs répondent qu'à ce jour aucune étude ne prouve la dangerosité des antennes. De leur côté, les opposants ont peu de moyens pour agir et obtiennent rarement gain de cause.

Des saboteurs discrets et très organisés

En Isère, trois incendies ont été revendiqués au printemps dernier sur un site internet proche de l'ultragauche. Les enquêtes sont toujours en cours et n'ont pas permis l'interpellation de suspects. Ça veut dire qu'ils prennent des précautions suffisamment bonnes et importantes pour se mettre à l'abri. Nous attribuons donc souvent ce type de dégradations à l'ultragauche (...) mais on ne peut pas exclure aussi qu'un certain nombre de complotistes sont à l'origine de ces actes", indique le procureur Éric Vaillant, qui suit de près ces dossiers depuis le sixième étage du palais de justice de Grenoble.

L'année dernière, des dizaines de dossiers ont abouti sur tout le territoire, avec des interpellations à la clé et les profils sont très variés. Dans le Jura, par exemple, deux hommes condamnés à 3 et 4 ans de prison ferme se disaient écologistes et anti-5G.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Isère Grenoble Internet
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants