1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Vol MH370 : ce que pourrait révéler l'analyse des débris
1 min de lecture

Vol MH370 : ce que pourrait révéler l'analyse des débris

REPLAY - Les premières analyses du "flaperon" retrouvé sur l'île de la Réunion la semaine dernière débutent ce mercredi à Balma près de Toulouse.

Le débris a été retrouvé sur la commune de Saint-André, à l'est de l'île de la Réunion
Le débris a été retrouvé sur la commune de Saint-André, à l'est de l'île de la Réunion
Crédit : YANNICK PITOU / AFP
Vol MH370 : ce que pourrait révéler l'analyse des débris
05:51
Jérôme Florin & James Abbott

Retrouvés sur une plage de l'île de la Réunion il y a une semaine, des débris d'avion pouvant provenir du Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu depuis mars 2014 vont commencer à être analysés ce mercredi en France pour déterminer leur origine. Un laboratoire proche de Toulouse devrait pouvoir rapidement apporter un éclairage pour les familles des 239 personnes qui se trouvaient à bord du vol MH370.

"C'est le même labo que pour le crash de Rio-Paris en 2009, explique dans un premier temps Xavier Tytelman, spécialiste de la sécurité aérienne. On a la quasi-certitude qu'il s'agit bien d'un morceau du MH370. Il n'y a aucun autre option, la couleur correspond, la durée d'exposition dans l'eau correspond, on le sait grâce aux coquillages. Il n'y a qu'un seul Boeing 777 qui manque dans le monde. Par contre ce n'est pas une preuve juridique."

L'objectif est d'observer s'il y a des déformations

Xavier Tytelman, spécialiste de la sécurité aérienne

Xavier Tytelman explique que l'on aura la confirmation grâce à "l'étude chimique de la peinture". Cette confirmation serait en revanche une preuve juridique du crash. Il revient également sur la partie technique des recherches des scientifiques. "L'objectif est d'observer s'il y a des déformations, souligne-t-il. S'il y a eu des chocs, quelle est l'angle de ce choc et son intensité, s'il y a des traces d'explosifs. Cela peut donner des informations très précises."

Le spécialiste de la sécurité aérienne précise également qu'il y aura une analyse précise des coquillages qui restaient agrippés ce qui permettra de réduire la zone de recherche du reste de l'éventuelle carcasse de l'avion.

À lire aussi

Si l'on découvre que la présence de ces coquillages est antérieure à mars 2014 pourra-t-on affirmer que le débris ne provient pas du Boeing 777 ? "Tout à fait, mais ce serait absolument incroyable, nuance Xavier Tytelman. Personne n'y croit."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/