1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Un ex-otage accuse les talibans d'avoir tué sa fille et violé son épouse
1 min de lecture

Un ex-otage accuse les talibans d'avoir tué sa fille et violé son épouse

Joshua Boyle, un canadien qui vient d'être libéré après avoir passé cinq ans en captivité en Afghanistan, réclame justice.

Joshua Boyle et sa femme Caitlan Coleman ont été enlevés en 2012 en Afghanistan
Joshua Boyle et sa femme Caitlan Coleman ont été enlevés en 2012 en Afghanistan
Crédit : HO / SITE / AFP
Un ex-otage accuse les talibans d'avoir tué sa fille et violé son épouse
03:25
Lucie Valais & AFP

Il veut que les responsables assurent "à sa famille la justice qui lui est due". Joshua Boyle est rentré au Canada, après cinq ans de captivité en Afghanistan. Il avait été enlevé avec sa femme, enceinte, en 2012, par un groupe du réseau Haqqani, lié aux talibans. À son arrivée à l'aéroport de Toronto, ce vendredi 13 octobre, il a confié quelques détails glaçants de sa captivité. "La stupidité et le caractère malfaisant du réseau Haqqani, kidnappant un pèlerin et sa femme enceinte, venus aider de simples villageois dans les régions contrôlées par les talibans en Afghanistan, n'ont été éclipsés que par la stupidité et le mal d'autoriser le meurtre de ma fille, martyr Boyle, en raison de mon refus répété d'accepter une offre que les malfaiteurs criminels du réseau Haqqani m'avaient faite", a-t-il accusé devant les médias canadiens.

S'il ne précise pas la nature de cette "offre", Joshua Boyle réclame désormais justice. Le couple voyageait en Afghanistan pour venir en aide à des populations défavorisées qui vivent dans des zones contrôlées par les talibans, "où aucune ONG, aucun travailleur humanitaire ni aucun gouvernement n'a jamais réussi à apporter l'aide nécessaire", a-t-il ajouté.

Emmener sa femme enceinte dans un endroit très dangereux est inadmissible

Le beau-père de Joshua Boyle

Joshua Boyle et Caitlan Coleman ont eu, pendant leur captivité, quatre enfants. Une petite fille a donc été tuée, mais les trois autres ont pu rentrer avec leur père au Canada. "Je n'ai certainement pas l'intention de permettre à une bande brutale de criminels de dicter la direction future de ma famille", a-t-il ajouté. Il a affirmé sa volonté de construire désormais ce qu'il a appelé un "sanctuaire" pour permettre à ses trois enfants survivants de "récupérer une partie de l'enfance qu'ils ont perdue". 

Interrogé sur la chaîne américaine ABC, le père de Caitlan Coleman lui, ne mâche pas ses mots. "Tout ce que je peux dire, c'est qu'emmener sa femme enceinte dans un endroit très dangereux est de mon point de vue inadmissible", s'est-il agacé. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/