1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Ukraine : Kerry pour une aide supplémentaire et une solution "politique"
2 min de lecture

Ukraine : Kerry pour une aide supplémentaire et une solution "politique"

John Kerry a affirmé que la solution en Ukraine doit être politique et non militaire.

John Kerry (Archives)
John Kerry (Archives)
Crédit : JIM WATSON / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Les États-Unis réfléchissent à une aide "supplémentaire" à l'Ukraine dans sa lutte contre les séparatistes pro-russes dans l'est du pays et privilégient une solution "politique", a indiqué ce samedi le secrétaire d'Etat John Kerry.  Ces commentaires de Kerry interviennent tandis que les Occidentaux, réunis ce samedi à Munich, ont demandé au président russe Vladimir Poutine des "actes" pour amener la paix en Ukraine, pressant aussi Kiev d'accepter "les décisions nécessaires", alors que la situation menace de nouveau de s'embraser dans l'est du pays.

Les Occidentaux devaient à nouveau faire le point avec le président russe sur le dossier ukrainien au cours d'une conférence téléphonique à quatre ce dimanche. La conférence doit se tenir entre Poutine, le président ukrainien Petro Porochenko, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel.

"Je ne doute absolument pas qu'une aide supplémentaire, de type économique et sous d'autres formes ira à l'Ukraine", a indiqué Kerry dans une interview à la chaîne NBC depuis Munich où il assistait à la Conférence de sécurité.

"Il n'y pas de solution militaire"

"Et nous voulons donc dire ainsi qu'il n'y pas de solution militaire. La solution est politique, diplomatique", a-t-il ajouté dans l'entretien qui doit être diffusé dans son intégralité ce dimanche. Les dirigeants occidentaux ont condamné à l'unanimité, lors d'une conférence à Munich, le soutien de la Russie aux rebelles en Ukraine, démenti par Moscou, mais se sont montrés divisés sur la question de la fourniture d'armes à l'armée ukrainienne.

La solution est politique, diplomatique

John Kerry
À écouter aussi

L'idée de l'envoi d'équipements militaires de haute technologie avait un temps été envisagée par Washington. Les États-Unis ont jusqu'ici fourni de l'équipement militaire non létal comme des gilets pare-balles et des casques. Vladimir Poutine a affirmé pour sa part que la Russie "ne comptait faire la guerre à personne", mais a dénoncé les sanctions imposées à la Russie par les Occidentaux.

"Le président Poutine a dû prendre la décision d'emprunter une bretelle de sortie", a poursuivi Kerry dans l'interview. "Et nous devons lui faire savoir clairement que nous sommes totalement engagés à (préserver) l'intégrité et la souveraineté de l'Ukraine dans tous les cas", a-t-il ajouté.

De son côté, le vice-président américain Joe Biden avait appelé à Munich Poutine à montrer par "des actes, pas des paroles" qu'il était prêt à oeuvrer pour un règlement politique de la crise. Sans se prononcer directement sur la question de la livraison d'armes à l'armée ukrainienne, - une option résolument écartée par Paris et Berlin - Biden a souligné que Kiev avait le droit de "se défendre" face à l'offensive des séparatistes.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/