3 min de lecture Syrie

Syrie : que se passe-t-il dans la Ghouta orientale, cette enclave rebelle ?

ÉCLAIRAGE - Pour la quatrième journée consécutive, les avions du régime ont largué bombes et barils d'explosifs sur le fief rebelle de la Ghouta orientale. Depuis début février, environ 450 civils sont morts.

Syrie : depuis début février, environ 450 civils sont morts dans cette zone rebelle située aux portes de Damas
Syrie : depuis début février, environ 450 civils sont morts dans cette zone rebelle située aux portes de Damas Crédit : ABDULMONAM EASSA / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

Malgré un siège asphyxiant et un pilonnage régulier, les rebelles maintiennent depuis plus de cinq ans leur emprise sur la Ghouta orientale, près de Damas. Mais le régime syrien a décidé de passer à l'attaque ces dernières semaines lançant une offensive d'envergure dans cette zone rebelle située aux portes de Damas, peuplée de 400.000 personnes.

Depuis le début du mois de février, le régime semble plus que jamais déterminé à reconquérir ce secteur d'une centaine de kilomètres carrés, qui fut le verger de la capitale syrienne. À l'image de la ville d'Homs ou encore d'Alep, les hommes de Bachar al-Assad veulent forcer les insurgés à déposer les armes et les civils à fuir. Un véritable pilonnage avant une reconquête terrestre ?

La Ghouta orientale, le fief rebelle

La Ghouta orientale, cette poche de dissidence, est l'une des premières à avoir rejoint les manifestations antirégime en 2011. La zone est aujourd'hui contrôlée par deux groupes rebelles islamistes, Jaich al-Islam (10.000 combattants) et Faylaq al-Rahmane (9.000 combattants), qui jouissent d'une certaine popularité au près de la population locale.

À lire aussi
Leur famille entière partie en Syrie, deux sœurs sont jugées au tribunal correctionnel de Paris justice
Leur famille entière partie en Syrie, deux sœurs sont jugées à Paris

Assiégés depuis 2013 par les forces du régime, les quelque 400.000 habitants de la Ghouta orientale subissent des pénuries de nourriture et de médicaments qui ont entraîné des centaines de cas de malnutrition, notamment chez les enfants. Et malgré ce contexte sanitaire alarmant, aucune aide ne peut rentrer dans la zone sans le feu vert des autorités de Damas.

Des bombardements quasi incessants

Et la situation tend à s'empirer. La Ghouta orientale, autour de laquelle l'armée a récemment renforcé ses positions, est le théâtre depuis début février d'un déluge de feu de la part du régime, qui a fait jusque-là environ 450 morts parmi les civils et des centaines de blessés.

Depuis dimanche 18 février, marquant le début d'un second pic de bombardements aériens dans cette enclave rebelle, 296 civils, dont 71 enfants et 42 femmes, ont été tués et quelque 1.400 blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Plusieurs hôpitaux ont été mis hors service et les destructions sont énormes dans cette vaste région asphyxiée depuis 2013 par le siège du régime.

Contacté par RTL.fr, Wassim Nasr, journaliste à France 24 et auteur de L'État islamique, le fait accompli, expliquait début février cette intensification des frappes aériennes : "Tout le monde regarde ailleurs, vers Afrin, Idlib. Ce n'est pas la priorité (...) La situation est devenue tellement compliquée qu'elle échappe aux pays occidentaux".

001_10J17M_preview
001_10J17M_preview Crédit : Kun TIAN, Gillian HANDYSIDE, Omar KAMAL, Joyce HANNA / AFP

Le conflit en Syrie déclenché le 15 mars 2011 a fait plus de 340.000 morts. Après avoir d'abord opposé les rebelles au régime, il s'est complexifié avec l'implication de groupes jihadistes et de puissances étrangères. Grâce à l'intervention militaire en 2015 de la Russie, le régime Assad, qui était en mauvaise posture, a réussi à reprendre le contrôle de plus de la moitié du pays, multipliant les victoires face aux rebelles et jihadistes. La situation en Syrie est entrée dans une "nouvelle phase très complexe du conflit, une phase de guerres par procuration", expliquait Wassim Nasr.

Les alertes de la communauté internationale

Les frappes du régime ont repris malgré les protestations de la communauté internationale qui a de nouveau montré son impuissance sur le conflit en Syrie. Les bombardements de civils "doivent cesser maintenant", a déclaré le coordinateur de l'ONU pour l'aide humanitaire en Syrie, Panos Moumtzis, tirant le signal d'alarme pour les habitants pris au piège.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian, a dit craindre "un cataclysme humanitaire" en Syrie et a annoncé qu'il se rendrait à Moscou et à Téhéran, les deux principaux appuis du président Assad. "Il y a une urgence absolue sur ce sujet (...) À mon sens, le pire est devant nous", a poursuivi le ministre des Affaires étrangères.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "est profondément inquiet devant la situation qui s'aggrave dans la Ghouta orientale et son impact dévastateur sur les civils", a déclaré son porte-parole. Il a notamment appelé toutes les parties à respecter les principes fondamentaux du droit humanitaire, notamment sur la protection des civils pendant les conflits.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Damas Bachar al-Assad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792367618
Syrie : que se passe-t-il dans la Ghouta orientale, cette enclave rebelle ?
Syrie : que se passe-t-il dans la Ghouta orientale, cette enclave rebelle ?
ÉCLAIRAGE - Pour la quatrième journée consécutive, les avions du régime ont largué bombes et barils d'explosifs sur le fief rebelle de la Ghouta orientale. Depuis début février, environ 450 civils sont morts.
https://www.rtl.fr/actu/international/syrie-que-se-passe-t-il-dans-la-ghouta-orientale-cette-enclave-rebelle-7792367618
2018-02-21 15:23:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TiWjGeiOvhyry-JrkSJObA/330v220-2/online/image/2018/0221/7792367612_000-10f8f4.jpg