2 min de lecture Jihadisme

Syrie : la plupart des derniers combattants de Daesh seraient Européens

REPORTAGE - Au plus près des populations évacuées du dernier bastion de l'État Islamique. Selon leurs témoignages, il resterait encore 200 combattants de Daesh cachés dans des tunnels. La plupart seraient Européens.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Syrie : de nombreux Français encore dans les rangs des combattants de Daesh Crédit Image : RTL / Emilie Baujard / Jonathan Griveau | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
Émilie Baujard
Emilie Baujard édité par Leia Hoarau

Ce groupe de Yézidis vient tout juste de s'échapper de Baghouz... C'est une minorité qui a été particulièrement ciblée par les jihadistes ces dernières années. Leurs témoignages permettent de prendre la mesure de l'urgence humanitaire. Afrine et Jihane étaient arrivées à Baghouz il y a un peu plus d'un mois, amenées de force par des hommes de Daesh qui avaient fait d'elles leurs esclaves. Dans cette ville assiégée, sans nourriture ni électricité, elles se sont retrouvées livrées à elles-mêmes. 

Afrine, 26 ans, est entourée de ses deux fils de 4 et 5 ans. "On dormait par terre, dans la rue, sur des nattes en plastique. Il n'y avait plus de maison en état donc on changeait d'endroit tout le temps à cause des combats. On se faisait un abri pour se protéger de la pluie. On creusait aussi un trou pour se protéger des bombardements, des combats, des tirs". 

Encore beaucoup de Français sur place

Les jihadistes, eux, se terrent dans des tunnels et gardent toute la nourriture. Jihane a vu des enfants mourir de faim et de froid. Finalement, il y a quelques jours, les combattants de Daesh ont accepté de les relâcher. "Ils sont passés avec un haut-parleur. Ils ont dit aux femmes, aux enfants et aux blessés de sortir. Ils ne veulent garder que les combattants". 

Jihane, Afrine et des dizaines d'autres femmes ont ainsi été secourues par les forces kurdes et mises à l'abri. À Baghouz, les jihadistes attendent de livrer leur dernière bataille. "Il y a encore des combattants, mais de moins en moins. Peut-être encore 200. La plupart qui reste, ce sont des Européens. Il y a beaucoup de Français. Il y avait une jihadiste française avec moi mais elle n'a pas voulu partir, elle est restée dans Baghouz. Elle refuse d'aller chez "les mécréants" comme elle dit. Elle veut se battre jusqu'au bout".

À lire aussi
Un surveillant pénitentiaire dans une prison (illustration). terrorisme
Les infos de 6h - Terrorisme : le procès de Bilal Taghi s'ouvre ce mardi 19 novembre

Jihane a été mariée de force avec un jihadiste tunisien. Elle dit qu'il a profité de la trêve pour sortir de Baghouz et se cacher parmi les civils.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihadisme Syrie Guerre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants