1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Syrie : d'où vient cette photo d'enfants, aujourd'hui en Une de "Libération" ?
1 min de lecture

Syrie : d'où vient cette photo d'enfants, aujourd'hui en Une de "Libération" ?

Une attaque chimique en Syrie a fait au moins 72 blessés, dont 20 enfants. Le quotidien français a choisi de faire sa Une avec sept des jeunes victimes.

L'ambassadrice américaine à l'ONU brandissant des photos de la Syrie, en avril 2017
L'ambassadrice américaine à l'ONU brandissant des photos de la Syrie, en avril 2017
Syrie : d'où vient cette photo, aujourd'hui en Une de "Libération" ?
00:01:20
Isabelle Dath & Claire Gaveau

Une photo peut-elle changer le cours de l'histoire ? Les corps de ces enfants figés les yeux ouverts, frappés par une attaque chimique en Syrie, ont suscité une indignation mondiale. À tel point que l'ambassadrice américaine aux Nations Unies a même brandi cette photo à la tribune alors que Donald Trump ne veut pas laisser passer ce qu'il appelle "un terrible affront pour l'humanité".

Une photo tellement forte que le quotidien Libération a choisi de faire sa Une avec ce jeudi 6 avril avec comme titre "Les enfants d'Assad". Mais alors, quelle est l'histoire de cette photo ? Au départ, il s'agit pourtant d'une vidéo tournée par le Edilb Media Center, qui regroupe des opposants à Bachar al-Assad. Mais surtout, cela prouve que cette scène n'a pas été arrangée pour la photo

Interrogé par 20 minutes, Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération, explique que cette photo "reflète une réalité". "On agit dans l’idée de faire au mieux selon les circonstances. Cette fois, il nous a semblé utile de publier cette photo pour la prise de conscience. Elle témoigne de l’horreur absolue car ce sont des enfants, c’est le fait qui est choquant, pas l’image", assure-t-il

Au micro de RTL, il développe son propos : "On n'est pas dans le cas de figure de cette ancienne affaire de Timisoara, c'était des corps qu'on avait extrait d'une morgue et qu'on avait présenté comme des victimes de la répression de Ceaucescu. Là, on sait bien que tout cela est vrai".

Des images particulièrement glaçantes qui jouent pourtant un "rôle politique important". "Elles ont été brandies à l'ONU, tout cela est dans le débat public", complète le journaliste. Une triste réalité qui ne vient qu'appuyer les nombreux témoignages, tout aussi insoutenables de photographes, d'habitants, de casques blancs, de médecins qui vont dans le même sens et qui pointe la responsabilité du régime syrien. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire