2 min de lecture Espace

SpaceX : après le décollage, Elon Musk se moque du patron de l'agence spatiale russe

L'envoi réussi de deux astronautes américains vers l'ISS par la société privée SpaceX a relancé la rivalité américano-russe. Jusqu'à maintenant, les États-Unis devaient payer la Russie pour envoyer leurs professionnels dans l'espace.

Elon Musk
Elon Musk Crédit : Brendan Smialowski / AFP
photo camille
Camille Sarazin et AFP

"Le trampoline fonctionne." La blague n'a l'air de rien, mais elle est représentative de la rivalité entre les Américains et les Russes dans le domaine spatial. 

Samedi 30 mai, SpaceX a envoyé deux astronautes américains dans l'espace. Un lancement historique pour les États-Unis. Depuis 2011 et la fin du programme de navettes spatiales américaines, l'envoi d'astronautes américains sur l'ISS ne pouvait s'effectuer que sur des vaisseaux russes Soyouz.

Avec cette boutade, Elon Musk a voulu répondre au patron de l'agence spatiale russe qui s'était moqué de l'incapacité américaine à mener des vols spatiaux habités. En 2014, dans une période de tension entre les deux pays, alors que Moscou menaçait d'interrompre la coopération spatiale avec Washington, Dmitri Rogozine avait affirmé que les spationautes américains pourraient bien avoir besoin d'un "trampoline" pour rejoindre l'ISS.

"Le trampoline fonctionne", a plaisanté ce dimanche Elon Musk lors d'une conférence de presse au côté de l'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine, après le décollage réussi de la fusée. "C'est une blague entre nous", a ajouté l'entrepreneur de 48 ans alors que les deux hommes s'étaient mis à rire.

Les internautes russes ont repris la blague

L'allusion a enflammé les réseaux sociaux russes : de nombreux "memes" et blagues ridiculisant Dmitri Rogozine ont circulé. Le nom du patron de l'agence spatiale russe est même devenu "tendance" sur Twitter en Russie.

À lire aussi
La Nasa a publié un timelapse de dix ans de vie du soleil Propulsé
VIDÉO - La Nasa publie un timelapse de 10 ans de vie du soleil

Le phénomène a forcé le porte-parole du patron de l'agence spatiale russe a sortir de son silence. "Nous ne comprenons pas vraiment l'hystérie déclenchée par le lancement réussi de la capsule Crew Dragon", a dit sur Twitter Vladimir Oustimenko. "Ce qui aurait dû arriver il y a longtemps est arrivé", a-t-il ajouté.

Surenchère russe

Finalement, la Russie a promis de continuer à travailler sur ses programmes spatiaux. "Nous n'avons pas l'intention de rester inactifs. Cette année, nous allons tester deux nouvelles fusées et l'an prochain, nous reprendrons notre programme lunaire", a assuré Vladimir Oustimienko, toujours sur Twitter.

L'agence spatiale russe Roskosmos a également assuré que les États-Unis avaient toujours besoin de la Russie, malgré ce lancement réussi. "C'est vraiment important d'avoir au moins deux options pour arriver à la station. Parce vous ne savez jamais...", a prévenu Vladimir Oustimienko.

La capsule Crew Dragon s'est amarrée avec succès à la station spatiale internationale dimanche 31 mai.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espace États-Unis Russie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants