2 min de lecture Royaume-Uni

Royaume-Uni : Nigel Farage reste finalement à la tête de l'Ukip

Le leader du parti d'extrême droite britannique Nigel Farage avait promis qu'il démissionnerait en cas d'échec aux législatives jeudi dernier. Malgré sa défaite, il se maintient à la tête de sa formation.

Le patron de l'Ukip, Nigel Farage, au sortir de son bureau de vote à Ramsgate, le 7 mai 2015.
Le patron de l'Ukip, Nigel Farage, au sortir de son bureau de vote à Ramsgate, le 7 mai 2015. Crédit : BEN STANSALL / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La réflexion l'a emporté sur sa parole. Nigel Farage, battu dans sa circonscription lors des élections générales britanniques jeudi 7 mai, reste finalement à la tête de son parti Ukip, europhobe et anti-immigration, alors qu'il en avait démissionné après sa défaite.

Cette démission était une promesse : lors de la campagne, l'ancien trader de 51 ans avait promis de quitter la direction du parti s'il n'arrivait pas à être élu dans sa circonscription de South Thanet, dans le sud-est du pays.

"Je suis un homme de parole", avait alors souligné l'eurodéputé, en ne fermant toutefois pas la porte à un retour après un été de "repos" et de "réflexion".

Démission refusée

Le comité exécutif de l'Ukip, parti que Farage a cofondé en 1993, n'entendait cependant pas se passer aussi longtemps de son charismatique leader : il a refusé d'entériner la démission de Farage, qui reste donc de fait à la tête du parti.

À lire aussi
Paul Taylor, le 21 octobre 2019. Royaume-Uni
"Je ne sais plus d'où je viens", raconte Paul Taylor sur RTL

"Comme promis, Nigel Farage a remis officiellement sa démission en tant que leader de l'Ukip au parti. Elle a été refusée à l'unanimité par les membres du comité (...) Sur ces bases, Nigel Farage a retiré sa démission et reste président de l'Ukip", a expliqué le président du comité, Steve Crowther, dans un communiqué.

Les objectifs de l'après-élections, notamment la perspective d'un référendum sur la place du Royaume-Uni dans l'Union européenne, se sont imposés aux instances dirigeantes de ce parti, farouche défenseur de la sortie de l'UE. La campagne a de fait "déjà commencé" et l'Ukip a "du coup besoin de sa meilleure équipe avec Nigel à sa tête", selon Steve Crowther.

Les analystes pensent même que David Cameron, reconduit au poste de Premier ministre, pourrait avancer à 2016 la tenue de cette consultation populaire, jusqu'à présent annoncée pour la fin 2017.

Nigel Farage a justifié son revirement : "Je le devais au parti qui m'a porté aussi loin", explique-t-il dans une tribune publiée dans le quotidien The Daily Telegraph.

L'Ukip n'a réussi à remporter qu'un seul siège de député lors des législatives, défavorisé par le mode de scrutin uninominal à un tour. Mais, en termes de voix, le parti s'est affirmé comme la troisième force politique du Royaume-Uni, loin devant les libéraux-démocrates. Le parti de Farage a quadruplé son score de 2010 pour passer de 3,1% à 12,6% des suffrages.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Royaume-Uni Ukip Nigel Farage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants